×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Les accidents font trembler les assureurs

    Par Franck FAGNON | Edition N°:5565 Le 26/07/2019 | Partager
    Le résultat technique a dévissé de 20% à 4,4 milliards de DH en 2018
    Au-dessus de 100% depuis cinq ans, le ratio combiné non-vie s’est établi à 104,3%
    accidents_assurance_065.jpg

     La sinistralité marocaine gêne les compagnies d’assurances. La dégradation dans l’automobile vient s’ajouter à des résultats techniques structurellement déficitaires dans les branches accident de travail et maladie

    Sur le plan commercial, les compagnies d’assurances affichent un dynamisme exceptionnel marqué par une hausse de 6% du chiffre d’affaires à 41 milliards de DH en 2018. L’assurance-vie comme la branche non-vie se comportent bien, mais la situation est inquiétante au niveau opérationnel.

    Le résultat technique (y compris les réassureurs exclusifs) s’est effrité de 20% à 4,4 milliards de DH. Il a dévissé dans les deux branches. La principale source de préoccupation des assureurs se situe au niveau du segment non-vie, en particulier de la branche auto. La poussée de la sinistralité dénoncée par les assureurs ces dernières années crée des vagues dans le secteur.

    La dégradation dans l’automobile vient s’ajouter à des résultats techniques structurellement déficitaires dans les branches accident de travail et maladie. Au total, le ratio combiné non-vie, net de réassurance, s’est dégradé de 3,5 points à 104,3 points. Il s’est installé au-dessus de 100% depuis 2014.

    Au niveau sectoriel et individuellement, les compagnies ont pris de premières mesures pour contenir la hausse des sinistres automobile. Les mesures visent entre autres à revoir certaines franchises et des solutions de place pour réduire la fraude. Celle-ci représenterait jusqu’à 50% des indemnités payées par les compagnies, estiment des dirigeants. En volume, la fraude coûterait plus de 3 milliards de DH par an aux assureurs.

    La baisse des performances sur le plan technique intervient dans un contexte peu favorable sur les marchés, ceux qui pèsent davantage sur les compagnies. Néanmoins, et malgré la baisse de la Bourse en 2018, le résultat non technique a atteint 301 millions de DH contre seulement 4 millions de DH l’année précédente.

    Les placements du secteur ont atteint 183 milliards de DH en 2018 dont 173 milliards de DH en excluant les réassureurs exclusifs. Ce portefeuille est principalement investi en actions, soit 83 milliards de DH. Les actifs de taux représentent 78 milliards de DH. La baisse du marché boursier en 2018 a entraîné une chute de 20% des plus-values latentes à 28 milliards de DH.

    Après un exercice compliqué, le résultat net du secteur a décroché de 13% à 3,8 milliards de DH dont une chute de 39% des bénéfices des réassureurs exclusifs à 494 millions de DH.

    F.Fa

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc