×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5561 Le 22/07/2019 | Partager

    ■ Une candidate au baccalauréat accouche puis reprend l'examen!
    Une étudiante qui se présentait à l'épreuve de physique du baccalauréat en Guinée a quitté précipitamment la salle d'examen pour accoucher, puis a repris l'épreuve moins d'une heure plus tard, après avoir donné naissance à un petit garçon, a-t-elle indiqué jeudi à l'AFP. Tôt mardi matin, Fatoumata Kourouma Condé, 18 ans, a ressenti des douleurs annonçant l'imminence du terme de sa première grossesse. Mais elle a décidé de se rendre à la première épreuve du bac au lycée Grand-Ducal de Mamou, à quelque 250 km à l'est de Conakry, a-t-elle expliqué par téléphone, confirmant des informations de la presse locale. «J'ai pris mon courage à deux mains, je suis allée en salle d'examen sans rien expliquer à mon mari, ni au délégué du ministère (de l'Education), de peur qu'on me demande de rester à la maison ou d'aller voir mon médecin», a-t-elle confié. Vers 08h30, alors que l'épreuve de physique avait déjà commencé, l'examinateur a constaté qu'elle était sur le point d'accoucher. «Il fallait l'évacuer vers une maternité», a expliqué Mohamed Diakité, le responsable du centre d'examen. Transférée au centre de santé de la ville, Fatoumata Condé a donné naissance à un garçon après une dizaine de minutes de travail et, vers 09h10, elle était de retour en salle d'examen. «C'était inimaginable que je rate une seule épreuve de mon examen que j'ai préparé toute l'année», a-t-elle expliqué à un correspondant de l'AFP. «J'étais heureuse d'avoir mis au monde un petit garçon, mais angoissée de rater» l'examen, se souvient-elle. «Lorsque mes proches sont arrivés à la maternité, j'ai fait une toilette rapide et j'ai filé en salle d'examen, au grand étonnement du personnel médical, de ma famille et de tout le monde au centre d'examen», a précisé la jeune femme.

    ■ La «mule» cachait la cocaïne sous sa perruque

    cari_insolite_061.jpg

    Un Colombien a été arrêté à l'aéroport de Barcelone, dans le nord-est de l'Espagne, avec 500 grammes de cocaïne cachés sous sa perruque, a annoncé mardi la police. Passager d'un vol en provenance de Bogota particulièrement surveillé par les forces de l'ordre, il a attiré l'attention des agents «par son état notable de stress et par la taille disproportionnée de la perruque qu'il portait», selon un communiqué de la police. Il portait sous son chapeau une perruque qui dissimulait un sachet contenant 503 grammes de cocaïn pouvant valoir plus de 30.000 euros. Arrêté fin juin lors de cette «Opération Perruque», il a été remis à la justice. En raison de ses forts liens culturels avec l'Amérique latine, l'Espagne est l'une des principales portes d'entrée de la cocaïne sud-américaine en Europe. La drogue est importée la plupart du temps dans des cargaisons de marchandises ou transportée par des «mules», des passagers de vols réguliers qui la dissimulent sur eux.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc