×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Fès: L’embellie touristique se confirme-De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5548 Le 03/07/2019 | Partager
    La ville enregistre une hausse de 13% de nuitées
    Animations culturelles et dessertes aériennes… en priorité
    fes_tourisme_5548.jpg
    Après un premier trimestre morose, la capitale spirituelle a tourné à plein régime depuis avril. La succession d’événements (SIAM, séjour royal, festivals) a boosté l’activité touristique (Ph. YSA)

    LE tourisme est un vecteur qui pourrait relancer l’activité économique de la région Fès-Meknès. C’est la conviction de Saïd Zniber, wali de la région, qui a réuni, mercredi dernier, les professionnels du secteur, le maire de la ville et le président de la Fondation Esprit de Fès. Le mot d’ordre est de développer une animation culturelle adéquate pour doper l’activité touristique. Décryptage.

    Evaluer, fédérer et mobiliser

    Depuis quelques mois, la wilaya de Fès-Meknès suit de près l’évolution du secteur touristique. Ainsi, après l’installation du nouveau Conseil régional du tourisme (CRT-Fès), une remontée d’information est d’usage de manière systémique. Il en est de même pour la tenue de réunions dites de pilotage, en présence des représentants des services externes. La finalité de ces rencontres est de mettre le point sur l’évolution des objectifs tracés, répondre aux besoins des professionnels, les fédérer et les mobiliser autour d’une activité essentielle pour l’économie régionale. C’est dans cette optique qu’une réunion s’est tenue le 26 juin dernier. Unanimes, les professionnels ont affirmé qu’ils ont tourné à plein régime durant les mois d’avril et juin. «Pour mai, coïncidant avec le mois sacré, les touristes se sont fait un peu rares par rapport aux années précédentes», confie Aziz Lebbar, président du Conseil régional du tourisme (CRT). Ceci étant, une hausse des nuitées de 13% a été enregistrée à fin avril, par rapport à 2018. Cette hausse est due au Salon international de l’agriculture (SIAM), le séjour royal, ainsi que le Festival de Fès des musiques sacrées du monde.

    fes_torurisme_2_5548.jpg
     

    Densifier l’aérien business et booster la capacité litière

    «Nous avons tenu à remercier Abderrafie Zouitene, ancien patron de l’ONMT et actuel président de la Fondation Esprit de Fès, qui a acté l’embellie touristique actuelle grâce au désenclavement aérien assuré dans le cadre des contrats co-marketing», rapporte Lebbar. Résultat: l’aéroport Fès-Saïss a terminé l’année avec plus de 1,5 million de passagers. Pour 2019, la hausse du trafic aéroportuaire s’établit à près de 12%. Outre les compagnies low cost, les professionnels réclament des avions «classes affaires». En ce sens, le géant des voyages «Satguru travels» vient d’inaugurer son antenne régionale à Fès. Baptisée «L’Atelier du voyage», celle-ci entend programmer des séjours business au profit des entreprises et multinationales. «Nous proposons des services 5 étoiles qui couvrent le transport aérien, l’hôtellerie et la location de voitures», indique Reda Thyfa, responsable de la marque à Fès. Présente dans plus de 80 pays, en Afrique, Europe, Amérique, Inde et Chine, la firme offre l’expertise de sa plateforme digitale de réservation. «Selon les différents comparateurs des prix, nous sommes les moins chers sur les produits premium», souligne Thyfa, affirmant son ambition de positionner Fès sur le tourisme d’affaires. D’où l’appui des autorités au projet d’un palais des congrès. Il faut également doper la capacité litières de la région. «Celle-ci doit passer à 30.000 lits au lieu des 19.400 actuellement», recommande l’Organisation mondiale du tourisme.

    Sécurité, stabilité et animation culturelle

    Pour les professionnels du tourisme, la dynamique du secteur, constatée depuis 2016, émane certes des connexions aériennes point à point, mais aussi de l’image positive entretenue par le renouveau de la médina depuis l’achèvement des travaux de restauration des 27 monuments historiques. Ainsi, le Maroc tire son épingle du jeu malgré une conjoncture géopolitique et économique difficile de son entourage. Face à la frilosité des touristes, le Royaume reste «une valeur sûre», grâce à sa stabilité politique et sa sécurité, par rapport à d’autres destinations d’Afrique du Nord. Par marché, les touristes français et espagnols arrivent en tête des visiteurs de la cité idrisside. Ils sont de plus en plus nombreux à venir découvrir l’histoire de la capitale millénaire. «Les Européens en général se rabattent sur Fès durant les vacances de Pâques et les semaines saintes», révèle le président du CRT. Viennent par la suite les marchés américain, chinois et japonais. A noter que la médina de Fès est l’un des sites les plus prisés de la capitale spirituelle. Les cures thermales offertes par la nouvelle station Vichy Moulay Yacoub ne sont pas en reste. Le tourisme de nature à Ifrane et Sefrou aussi. Ceci pour dire que la destination dispose d’un produit diversifié. Toutefois, en plus des sites naturels et historiques, il faut créer une animation culturelle, ludique et épanouissante permanente.

    Promotion: Le CRT mobilise ses partenaires

    «Pour mieux installer la marque Fès, il faut continuer le matraquage promotionnel», estime le président du CRT. Et d’ajouter: «Les budgets dédiés aux actions de communication et de publicité institutionnelle doivent être renforcés». Ceci, en vue d’entamer des actions de marketing au niveau des marchés émergents. «Le Conseil régional Fès-Meknès a débloqué sa subvention annuelle. On espère que le Conseil communal de Fès fera de même dans les plus brefs délais», renchérit Lebbar. Et de poursuivre: «Les participations de l’ONMT et RAM doivent être également revues à la hausse». «Nous espérons que Adil El Fakir et Hamid Addou tiennent à cœur le développement de notre destination», martèle le patron du CRT. En revanche, l’amélioration du produit touristique reste de mise. A ce titre, le parc hôtelier de la ville se renforcera avec l’ouverture imminente de plusieurs hôtels (en cours de rénovation ou en création), tels le Palais Jamaï (prévue en décembre 2019), Nour Plaza, et bien d’autres établissements. D’un investissement global de près d’un milliard de DH, ces hôtels doteront la ville d’une importante capacité additionnelle. Prévue également, la construction d’un palais des congrès de 2.500 places.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc