×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    L’université de Casablanca accélère son projet numérique

    Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5542 Le 25/06/2019 | Partager
    Bientôt de nouveaux studios d’enregistrement de MOOC
    Un département SI, de la fibre optique, des formations…
    Wifi: les campus toujours déconnectés!

    CELA fait quelques années que l’université Hassan II de Casablanca a entamé son passage au numérique, mais petit à petit. Elle a d’abord commencé par dématérialiser les inscriptions, les candidatures aux masters, la publication des résultats… aujourd’hui, elle appréhende une étape supérieure. 
    Un studio professionnel d’enregistrement de MOOC (Massive Open Online Courses) a été ouvert à la faculté de médecine et de pharmacie. «Deux autres devraient bientôt voir le jour, dont un à Mohammedia», annonce le président par intérim de l’université, Abderrahim Khalidi.  Néanmoins, il faudra convaincre plus d’enseignants d’y adhérer. Les capsules sont disponibles sur la plateforme pédagogique en ligne de l’université. 
    Un département des systèmes d’information, ainsi qu’une commission SI, ont été créés. «Nous travaillons sur notre SI depuis cinq ans. C’est l’un de nos projets phares. Nous ne pouvons avancer dans le digital learning sans mettre en place les infrastructures adéquates», explique Noureddine Damil, vice-président, en charge du SI. Gérer quelque 118.000 étudiants, 3.500 enseignants chercheurs et administratifs et 18 établissements nécessite, également, un coup de pouce technologique. 
    L’université envisage, en outre, de passer à la fibre optique. Pour leur part, les enseignants nouvellement recrutés sont formés à l’enseignement numérique, selon l’ancien président de l’université, également initiateur de sa stratégie numérique, Driss Mansouri.

    casque_vr_5542.jpg
    (Ph. ANa)

    De la réalité virtuelle pour découvrir des chefs-d’œuvre artistiques

    LA faculté des lettres de Benmsik, aussi, s’est mise au numérique. Des casques de réalité virtuelle sont utilisés pour faire rentrer étudiants et visiteurs de l’établissement dans l’univers magique, en 360°, de cinq des plus célèbres toiles au monde: La naissance de Venus (Sandro Botticelli), La création d’Adam (Michel-Ange), Starry Night (Van Gogh), La liseuse à la fenêtre (Jan Van Der Meer) et le non moins célèbre Portrait de Mona Lisa (Léonard de Vinci). Un projet, baptisé Art Plunge, conçu par des développeurs suédois, Martin Eklund et Martin Christensen, et partagé avec la faculté. Les participants à la journée du numérique de l’université Hassan II, organisée le13 juin dernier, ont pu voyager dans le temps et dans l’imaginaire des célèbres peintres grâce à la réalité virtuelle.  

    Côté wifi, l’accès reste très faible, voire inexistant pour les étudiants. La problématique est, en fait, générale. La majorité des universités publiques a pris du retard dans le domaine. Un projet national d’équipement des établissements universitaires en Wifi, Net-U, avait été annoncé en 2016, mais il n’a jamais abouti. Une enveloppe de 120 millions de DH devait lui être consacrée. 
    A la rentrée 2019-2020 un projet d’universités numériques sera lancé. L’annonce en a été faite par le secrétaire d’Etat en charge de l’Enseignement supérieur, Khalid Samadi. Les universités de Kénitra et de Agadir en seront les pilotes.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc