×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Concert: Du grand classique brésilien à Rabat

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5540 Le 21/06/2019 | Partager
Un récital exclusif de João Elias Soares à Rabat
Une tradition de musique classique méconnue
joao_elias_soares_bresil_040.jpg

Franz Liszt, Sergei Rachmaninoff et Alexander Scriabin , mais également des compositeurs brésiliens tels que Heitor Villa-Lobos, Alberto Nepomuceno, Claudio Santoro, à l’honneur à Rabat. L’ambassade du Brésil et la Bibliothèque Nationale du Royaume du Maroc  proposent un concert de piano interprété par le prodige brésilien João Elias Soares.

L’évènement aura lieu le 25 juin prochain, à l’Auditorium de la BNRM.  Celui que le célèbre pianiste brésilien Nelson Freire qualifie de «l’un des pianistes les plus talentueux de la nouvelle génération brésilienne» se distingue, toujours d’après le compositeur  «par sa sensibilité et sa brillante virtuosité». Son premier concert au Maroc s’ajoutera à ceux réalisés en Espagne, en Italie, en Pologne, au Portugal et en Serbie.

Lors du 13e Concours International de Piano «Son Altesse Royale la Princesse Lalla Meryem», en novembre 2018, João Elias Soares a remporté le «Prix Brésil» (meilleur interprète d’un compositeur brésilien) ainsi que le prix de meilleur interprète d’un compositeur russe. Une occasion de découvrir une nouvelle facette de la musique brésilienne.

Car s'il est connu mondialement à travers la bossa nova, la samba, le fandango et bien d’autres musiques festives, le pays qui jouit d'une très grande richesse et diversité notamment grâce à son triple héritage: américain, européen (essentiellement portugais) et africain, dispose d’une des musiques les plus appréciées au monde.

Moins connu du grand public, la musique classique brésilienne est pourtant bien installée dans l’histoire du pays. Introduite dès le XVI siècle, avec l’arrivée des jésuites, qui amenèrent dans leurs bagages essentiellement de la musique (baroco mineiro) et le chant grégorien.

De grands noms  brésiliens ont vu le jour,  depuis, dont José Maurício Nunes Garcia (1767-1830), Antonio Carlos Gomes (1836-1896), Elias Álvares Lobo (1834-1901), Brasílio Itiberê (1848-1913), Heitor Villa-Lobos (1887-1959). Camargo Guarnieri (1907-1993), Cláudio Santoro (1919-1989) et Osvaldo Lacerda (1927-2011).

A.Bo

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc