×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Morocco L’Ghedd: Une innovante pépinière de jeunes «engagés»

    Par Joséphine ADAM | Edition N°:5532 Le 11/06/2019 | Partager
    Une vingtaine d’associations sous le label «Morocco L’Ghedd»
    Des actions menées en simultané dans tout le pays
    Jeunesse, coexistence et culture: leur philosophie
    morocco-lghedd-032.jpg

     L’initiative «Terrasses en scènes» organisée par le label «Morocco L’Ghedd» voulait mettre en lumière les jeunes talents marocains. L’événement qui s’est tenu dans différentes villes du Royaume a réuni les cafetiers, les clients, les passants, les touristes, les autorités et bien sûr les jeunes artistes. Un bon exemple du «vivre-ensemble» cher au collectif (Ph. Morocco L’Ghedd)

    Attendre, subir, se sentir isolé et incompris. Des jeunes Marocains disent non. Ils sont tous actifs au sein d’une association, mais plutôt que de mener leurs actions chacun de leur côté, ils ont décidé d’agir ensemble, sous un même drapeau. Celui de la fraternité, de la tolérance, de la mixité, de la coexistence et de la culture. Ils viennent de Marrakech, Casablanca, Fès, Oujda, Rabat… et même de Paris et Bruxelles.

    Depuis fin 2018, ils continuent de porter leurs engagements associatifs, tout en menant de concert des initiatives dictées par l’actualité. C’est ainsi que le label «Morocco L’Ghedd» a démarré ses actions communes en accrochant des vêtements chauds aux arbres pour les sans-abris, l’hiver dernier.

    «L’envie était que toute personne dans le besoin puisse se servir sans rien demander à personne. Pour leur dignité, en d’autres mots», confie un des initiateurs du collectif, Achraf Tamlakoutan.

    morocco-lghedd-2-032.jpg

    Comme ils l’ont fait l’hiver dernier avec des vêtements chauds, les jeunes ont accroché des livres aux arbres à disposition des passants, des enfants et des sans-abris (Ph. Morocco L’Ghedd)

    Dès le départ, les jeunes donnent le ton. Agir ensemble, en bonne intelligence, pour des événements qu’ils mettent un point d’honneur à organiser au mieux, être efficace et percutant. Le tout porté par une communication virale sur les réseaux sociaux. Il n’en fallait pas moins pour attirer les plus motivés. Marock’Jeunes, Les Passagers, Marocains Pluriels et les Juniors, Par-delà les remparts, Anaya, Moga’Jeunes, Hip-Hop Family, Hand to Hand… sont quelques-unes des associations qui ont rejoint le label.

    morocco_lghedd_032.jpg

    Ici à Fès, comme dans de nombreuses autres villes, un olivier a été planté devant une mosquée, une église et une synagogue, avec cette même envie de dialogue et de coexistence (Ph. Morocco L’Ghedd)

    L’idée est bel et bien de construire le Maroc de demain, avec la jeunesse dans le peloton de tête. La feuille de route est claire. Ce mouvement d’opinion et d’action entend bien participer, influencer, être force de propositions, ouvrir des pistes nouvelles et, plus simplement, faire entendre la voix de la jeunesse dans un esprit participatif, constructif et ambitieux.

    S’il s’agit également de «réconcilier» les jeunes avec l’engagement, ils comptent aussi apporter un sang neuf à la scène publique au Maroc, et favoriser l’émergence de nouveaux visages, de nouveaux talents militants, bref d’une nouvelle génération de leaders. Au rythme où vont les choses, force est de constater qu’ils sont sur la bonne voie.

    Bien ancrés dans leur temps, les membres des différentes associations font des réseaux sociaux leur «espace de réunion». C’est là qu’ils définissent les besoins, débattent de l’actualité, restent en veille sur ce qui s’échange sur la toile et organisent leurs actions communes.

    «Nous ne connaissons pas l’avenir mais notre motivation est intacte. Nous n’abandonnerons jamais», prévient le co-initiateur. Après avoir planté, il y a quelques jours, un olivier devant les lieux de culte des trois religions monothéistes, le wali de la ville de Fès a personnellement appelé ces jeunes pour les remercier et les féliciter. «Un encouragement qui nous donne de la force et de l’espoir», ajoute-t-il. «Morocco L’Ghedd» est un vivier de talents rassurant pour l’avenir.

    J.A.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc