×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    L'importation des équipements reprend

    Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5530 Le 04/06/2019 | Partager
    Avec les demi-produits, ils représentent 47,2% du total des importations
    C’est peut-être le signe d’une reprise de l’investissement
    importation_030.jpg

    Les importations des biens d'équipement et demi-produits sont respectivement à 43,2 milliards et 39,5 milliards de DH à fin avril

    Les biens d’équipement, les demi-produits et la facture énergétique pèsent sur les importations. Les deux premiers produits renvoient un bon signal: un probable redémarrage de l’investissement et une relance de l'activité industrielle.

    Les achats de biens d’équipement ont atteint 43,2 milliards de DH, en progression de 7,2%. Ceux des demi-produits ont pris 7,1%. Ces deux groupes représentent près de la moitié des importations (47,2% contre 46,1% une année auparavant). La facture énergétique est en hausse de 5,5%. Elle a atteint 26 milliards de DH sous l’effet notamment du cours du baril.  

    Durant le mois de mai, le baril de pétrole tournait autour de 70 dollars avant de reculer à 61,5 dollars lundi 3 juin vers 10 heures du matin. Le cours du brent  dévissait de 4,6% jeudi 30 mai, puis de 3,3% vendredi 31 mai, avant d’afficher un nouveau repli très prononcé lundi matin (-5,3%).

    L’évolution de l’or noir, lequel est plombé par le regain de tensions commerciales entre les États-Unis et le reste du monde, est suivie de très près par le ministère des Finances. Les équilibres macroéconomiques en dépendent. Une hausse au-delà de 80 dollars fragiliserait les équilibres. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui a poussé le Maroc a souscrir à une assurance contre les risques extérieurs en 2018 (Ligne de précaution et de liquidité du FMI pour un montant de 3 milliards de dollars). 

    A fin avril, les approvisionnements en houilles, cokes et combustibles solides similaires ont atteint 3,5 milliards de DH contre 2,8 milliards une année auparavant. Cette évolution est attribuée à la hausse des quantités de 22,7% ainsi que des prix. Les quatre premiers mois de l’année se sont caractérisés par une augmentation de 4,7% des importations contre 4,5% pour les exportations. Cela s’est traduit par le creusement de 5% du déficit commercial qui atteint 67,2 milliards de DH.

    Le taux de couverture perd un petit chouia à 0,1 point, passant ainsi à 59,9%. En parallèle, la balance des transactions courantes reste déficitaire de 34,5 milliards de DH (0,2%). L’export est marqué par la forte reprise des phosphates et dérivés (16,1%). En particulier, celle de l’acide phosphorique, des engrais naturels et chimiques. La part de ce secteur dans le total des exportations est en accroissement: 15,8% à fin avril contre 14,2% à la même période de l’année dernière.  

    Le chiffre d’affaires à l’export de l’aéronautique a connu une progression de 9,8%. L’assemblage est à 2,9 milliards de DH alors que le système d’interconnexion de câblage électrique est à 2,3 milliards de DH.
    L’agriculture et l’agroalimentaire ont assuré 25,3 milliards de DH à l’export (+4,3%) alors que le textile et cuir stagnent. Les ventes de vêtements confectionnés et des articles de bonneterie sont quasi stables alors que la chaussure est malmenée. Son chiffre d’affaires à l’export a reculé de 8,7%. 

    L’automobile est également quasi stable. Les exportations du câblage ont pris 5,9% alors que la construction automobile et l’intérieur véhicule et siège sont en retrait respectivement de 6,8% et 1%. La construction continue à représenter la part la plus importante de l'industrie automobile: 45,7% à fin avril 2019 (en baisse de 3,5 points), suivie du câblage qui gagne 2,2 points s’établissant à 41,6%. La part de l’automobile dans l'export est à 27,1% contre 28,2% un an auparavant.

    Baisse des IDE

    Les quatre premiers mois de l’année ont également connu une petite hausse de 1,5% des recettes voyages:  22,67 milliards de DH à fin avril.  En revanche, les dépenses voyages se sont accrues de 13,1% atteignant 5,8 milliards de DH. Les transferts des MRE ont légèrement reculé (-2,9%), s’établissant ainsi à 20,5 milliards de DH.  
    Pour sa part, le flux d’investissement direct étranger atteint 5,8 milliards de DH contre 7,6 milliards un an auparavant, accusant une baisse de 23,3%. Cela s’explique par le recul des recettes des IDE de 9,5% conjuguée à la hausse des dépenses de 15,6%. A fin avril, le flux net des investissements directs marocains à l’étranger (IDME) augmente de 70,6%: 3,3 milliards de DH à fin avril contre 1,9 milliard l’année dernière.

    Khadija MASMOUDI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc