×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Energies renouvelables: L'Iresen renforce ses infrastructures de recherche

    Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5516 Le 15/05/2019 | Partager
    4 nouveaux sites pour un investissement global de près 600 millions de DH
    L’un d’eux, dédié au bâtiment et à la mobilité durable, sera prêt avant la fin de cette année
    liresen_016.jpg

    Après le site Green Energy Park de Benguérir, inauguré en 2017, Iresen se lance dans la construction de 4 autres projets. Ce qui va permettre de renforcer le réseau des plateformes de recherche dans le domaine des énergies renouvelables au Maroc. Et également d’exploiter de nouvelles potentialités naturelles dont dispose le pays pour la production de l’énergie propre

    La stratégie énergétique, adoptée en 2009, a permis au Maroc de se positionner dans les énergies renouvelables grâce à de grands sites de production comme celui du complexe Noor Ouarzazate. Aujourd'hui, l’ambition du Maroc ne se limite plus au volet production, mais vise aussi le renforcement de ses capacités industrielles dans ce domaine. Une ambition qui se justifie par l’importance des investissements, publics et privés, engagés dans ce secteur ces dernières années.

    «Pour la période 2017-2023, nous tablons sur 130 milliards de DH», annonçait, il y a peu, Aziz Rabbah, ministre de l’Energie, lors d’une rencontre à la plateforme Green Energy Park de Benguérir. Des fonds certes, mais l’industrialisation dans le secteur des énergies renouvelables nécessite aussi et surtout des ressources humaines compétentes qui se développent grâce à la formation et la recherche appliquée.

    La rencontre de Benguérir a permis de présenter les actions menées dans ce sens par l’Institut de recherche en énergie solaire et en énergies nouvelles (Iresen). «Notre mission consiste principalement à jouer le rôle d’interface entre l’université et le monde de l’entreprise tout en développant des offres en faveur de la promotion de la recherche appliquée et l’innovation dans les domaines des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique», tient à préciser Badr Ikken, directeur général de l'Iresen.

    En plus du soutien financier (voir entretien), l’institut compte mettre en place plusieurs plateformes intégrant toute la chaîne de valeur de la R&D sur des sujets prioritaires dans le domaine des énergies renouvelables et ambitionne de mettre en réseau ces plateformes dans un groupement pour la recherche appliquée, est-il expliqué. Premier noyau de ce réseau, la plateforme Green Energy Park de Benguérir, fruit d’une collaboration entre l’Université Mohammed VI Polytechnique et Iresen.

    Doté d’équipements de pointe, ce site permet aux doctorants et ingénieurs de mener leurs travaux de recherche réalisés dans le cadre des appels à projets lancés par l'institut. D'ailleurs, la plateforme de Benguérir accueille annuellement plus d’une centaine d’étudiants pour réaliser leur stage de fin d’études.

    Aux infrastructures de recherche de l’Iresen s'ajoutent 4 nouvelles plateformes dont l’une sera achevée en septembre prochain. Il s’agit de Green & Smart Building Park, plateforme dédiée aux bâtiments verts, aux réseaux intelligents et à la mobilité électrique dont le site est situé proche de celui de Green Energy Park à Benguérir. Deux autres sont en stade de conception.

    La première, Green H2A, va porter sur les productions de carburants verts à base d’énergies renouvelables et stockage de l’énergie. Et la seconde, Agro Energy TIC, prévue à Fès, sera spécialisée dans la biomasse et biogaz. La dernière, en projet dans la région de Laâyoune, sera dédiée au traitement et dessalement des eaux ainsi que l’utilisation de l’eau pour la production de l’énergie.

    La réalisation de ces quatre infrastructures va nécessiter la mobilisation d’un investissement estimé à 600 millions de DH dont 150 millions de DH seront apportés par l'Iresen. Ce dernier prévoit également la construction d’un parc semblable à celui de Benguérir à Yamoussoukro en Côte d’Ivoire.

    Formation continue pour tout le monde

    En plus de la recherche appliquée, le développement du secteur des énergies renouvelables exprime un besoin en formation continue et en renforcement des compétences. Une mission assurée par l’Agence marocaine pour l’efficacité énergétique (AMEE) située à Marrakech. «Notre offre de formation porte sur l’ensemble des thématiques qui concernent l’efficacité énergétique, particulièrement dans 5 secteurs: transport, bâtiment, agriculture, industrie et éclairage public», précise un responsable de l’agence. Il s’agit d’une formation de courte durée réalisée dans le cadre de conventions de partenariat avec des établissements du secteur public et du privé au profit de leur personnel: ingénieurs, concepteurs, techniciens... Une inscription à titre individuel est aussi permise pour bénéficier de cette formation dont l’objectif est de permettre d'acquérir les connaissances nécessaires et les outils de conception, dimensionnement, suivi, réception et entretien des projets d’équipement et/ou de construction dans le domaine de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables. L’agence assure également la formation des formateurs. 

    N.E.A.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc