×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Sommets sur la Libye et le Soudan au Caire

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5503 Le 25/04/2019 | Partager
    Des dirigeants africains demandent l’arrêt immédiat des combats
    Endiguer la crise et relancer le processus politique

    L'Egypte a organisé, mardi 24 avril au Caire, deux sommets africains sur les crises actuelles au Soudan et en Libye. Le but de la rencontre était de trouver les moyens d'endiguer la crise et de relancer le processus politique. En Libye, des combats violents opposent depuis le 4 avril les forces loyales au Gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par la communauté internationale, aux troupes du maréchal Khalifa Haftar aux portes de Tripoli.
    Plusieurs dirigeants africains ont demandé l'arrêt immédiat et inconditionnel des combats en Libye, à l'issue de la rencontre au Caire sous la houlette du chef de l'Etat égyptien Abdel Fattah al-Sissi, président en exercice de l'Union africaine (UA). Ils ont appelé aussi toutes les parties à la retenue et à permettre l'arrivée de l'aide humanitaire dans toutes les régions.
    Ces mêmes dirigeants ont insisté sur le rôle de l'UA et de ses Etats membres dans la gestion de la crise actuelle en Libye. Comme ils ont réclamé à l'émissaire de l'ONU, Ghassan Salamé, une coopération totale et en toute transparence. Salamé avait lui-même multiplié les mises en garde sur un embrasement généralisé, réclamant une réaction urgente de la communauté internationale.
    Le maréchal Haftar, l'homme fort de l'est libyen, qui a lancé avec son Armée nationale libyenne (ANL) autoproclamée l'offensive sur Tripoli, est soutenu notamment par l'Egypte. Sissi l'avait reçu au Caire le 14 avril, dix jours après le début de l'offensive sur la capitale libyenne.
    Les participants au sommet ont également appelé la communauté internationale à prendre ses responsabilités dans la lutte contre le trafic d'armes et l'incursion de combattants terroristes, tout en évitant les ingérences extérieures.
    A Khartoum, le Conseil militaire de transition a annoncé avoir invité à une réunion mercredi les leaders de la contestation, qui réclament un transfert du pouvoir à une autorité civile. Les Etats-Unis ont apporté leur soutien à la demande des manifestants soudanais qui intensifient leur mobilisation pour obtenir un gouvernement civil. La situation au Soudan a été évoquée lors du sommet au Caire où les partenaires régionaux ont appelé à une transition pacifique et démocratique d'ici trois mois dans ce pays.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc