×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossier Spécial

    Matériel agricole: Les opérateurs ont le blues

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5496 Le 16/04/2019 | Partager
    2.529 tracteurs neufs vendus en 2018, loin des années fastes
    Le marché digère l’investissement du début du Plan Maroc Vert
    materiel_agricole_096.jpg

    Les opérateurs craignent, si la tendance à la baisse de 35% à fin février 2019 se confirme, que le marché clôture à moins de 1.650 tracteurs en 2019, soit le volume le plus faible depuis 2006

    Les importateurs-distributeurs de matériel agricole n’arrivent pas à remonter la pente. Ils constatent, année après année, la stagnation des ventes des tracteurs.

    Malgré le record de la récolte céréalière (103 millions de quintaux) de la campagne agricole 2017/2018, les ventes de tracteurs neufs, principal moteur du marché de l’équipement dans l’agriculture, n’ont totalisé que 2.529 unités, selon les chiffres de l’Association marocaine des importateurs du matériel agricole (Amima).

    C’est certes 8% de plus qu’en 2017 (2.350 tracteurs), mais bien loin des 3.557 unités qu’enregistrait le secteur pendant une année moyenne.

    Pour les opérateurs, la cuvée 2018 se situe au même niveau que la moyenne des 5 dernières années qui est de l’ordre de 2.553 unités. Or, durant les très bonnes saisons agricoles, la demande dépassait la barre de 4.000 tracteurs comme en 2013 (4.247 unités), 2011 (4.178) et 2009 (6.841) au lancement du Plan Maroc Vert. Ces années fastes, où l’investissement en matériel agricole était au zénith, sont terminées.

    Le marché est sans doute entré dans une phase de digestion de l’effort consenti dans les cinq premières années du Plan Maroc Vert.  En comparaison avec la moyenne des ventes de 2009 à 2013 qui est de l’ordre de 4.561, les ventes de 2018 sont en forte régression (-45%).

    Le marché des tracteurs s’est inscrit dans une tendance baissière depuis 2010, année à laquelle les taux, les plafonds et les normes d’octroi des subventions ont subi des changements. «Les ventes de 2018 ont baissé de 63% par rapport à 2009 (soit une année avant la mise en place de ces changements) qui avait enregistré la vente de 6.841 tracteurs», soulignent les importateurs.

    Pour 2019, le  début d’année a enregistré une forte baisse des ventes de tracteurs agricoles. En chiffres, à fin février 2019, le secteur a connu une régression de 35% par rapport à la même période de l’année 2018 pour s’établir à 173 unités contre 266 unités. Notons que quand les ventes de tracteurs neufs baissent, tous les autres types de matériels d’accompagnement, à l’instar des semoirs ou des pulvérisateurs, connaissent le même sort.

    A ce titre, l’on craint le pire face aux problèmes menaçant le secteur. En effet, face au déficit pluviométrique de la campagne agricole 2018/2019 enregistré à fin février 2019, les difficultés d’accès des agriculteurs au financement malgré les conventions de partenariat entre le Crédit Agricole du Maroc et l’Amima, ainsi que le retard de mise en place du référentiel des prix des tracteurs, les ventes du matériel agricole continuent de  baisser.

    «S’y ajoutent les retards enregistrés depuis fin 2017dans le déblocage des subventions des tracteurs et du matériel d’accompagnement agricole ainsi que les faibles montants alloués au secteur du machinisme agricole, ce qui pénalise lourdement les trésoreries des importateurs et de leurs réseaux de ventes», déplore l’Association des importateurs.

    Y.S.A

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc