×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    UE/Droit d’auteur: Qwant prend le contre-pied des Gafa

    Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5481 Le 26/03/2019 | Partager
    Le moteur de recherche encourage l’adoption de la directive européenne
    Il va rémunérer les éditeurs de contenus indexés
    gafa-081.jpg

    En prenant le contre-pied de Google en matière de données personnelles, le moteur de recherche européen Qwant est en train de trouver son public (Ph. LF)

    Le moteur de recherche Qwant va commencer à rémunérer les éditeurs de contenus, dont les journaux, pour les textes, les photographies, les de vidéos et musique indexés sur sa plateforme. Sur les 10 millions d’euros de chiffre d’affaires réalisé par le moteur de recherche, cette année, 98% proviennent d’activités liées aux contenus. Son management table sur 30 millions d’euros l’année prochaine.

    Le challenger européen de Google soutient la directive européenne sur le droit d'auteur, prétextant que ce texte est la seule chance pour les éditeurs de presse de recevoir tôt ou tard une rémunération de la part des géants américains, notamment Google.

    A cet effet, son dirigeant a lancé un appel pour que le texte final de la directive soit voté, aujourd’hui 26 mars, par le Parlement européen. Une fois votées, les modalités d’application de la loi «droits d'auteur» seront à discuter et à transposer dans chaque pays.

    Concrètement, «la directive pourra être conditionnée à la mise en place d’une plateforme publique libre, ouverte et open source dans laquelle les ayants droit (détenteurs de droits d’auteur) déposeraient photos, vidéos et textes. L’idée serait que les entreprises de la toile puissent la consulter pour savoir si les contenus qu’elles utilisent sont libres de droits, ou pas», propose Eric Léandri, patron de Qwant, dans la presse française.

    Pour le patron, l’article 13 qui suscite des réticences peut être compatible avec l’Internet ouvert. Citant le modèle allemand qui a instauré un droit voisin rémunérant les éditeurs de presse, à hauteur de 5 à 6% du chiffre d’affaires généré sur les moteurs de recherche, le patron annonce avoir ouvert un compte provisionné chaque mois, en vue du paiement d’éditeurs de contenus en fonction de l’audience, du nombre de clics que font les articles de presse, les vidéos…

    Cependant, rien ne filtre sur le montant alloué à la dotation mensuelle, «il n’y a pas d’obligations avant que la directive (ndlr: droits d'auteur) devienne loi. La presse aura la majeure partie de cette somme, environ 80%, car elle génère le plus d’audience. Le solde ira à la photo, la vidéo et la musique», précise Léandri. En plus de nourrir le moteur de recherche, la presse représente 40% des requêtes des internautes.

    Par ailleurs, Qwant a plusieurs atouts qui le distinguent des autres moteurs de recherche. Il dispose de son propre index et s'astreint à respecter deux principes fondamentaux: ne pas tracer les utilisateurs et ne pas filtrer le contenu d'Internet.

    Lancé en février 2013 par une entreprise française, Qwant cultive sa différence tant par son ergonomie que par ses pratiques respectueuses de la vie privée des internautes. Depuis l'entrée dans son capital, en juin 2014, de l'entreprise du groupe de presse allemand Axel Springer, le moteur de recherche est devenu européen.

    M.Ko.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc