×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Marsa Maroc surperforme sur le trafic conteneur

    Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5480 Le 25/03/2019 | Partager
    927.000 EVP manutentionnés
    2,7 milliards de DH de chiffre d’affaires en 2018
    marsa_maroc_080.jpg

    La progression des composants trafics conteneur et trafics du vrac solide s’est traduite par la hausse de 7,6% du chiffre d’affaires de Marsa Maroc établi à 2,7 milliards de DH

    Marsa Maroc a battu un record l’an dernier sur le trafic conteneur, bouclant l’année 2018 avec un chiffre d’affaires à la hausse de 2,7 milliards de DH. L’exploitant de ports et ses filiales ont manutentionné 927.000 EVP (Equivalent vingt pieds), soit une croissance de 11,4% contre une croissance du marché établie à 4,8%. Ce qui lui a permis de gagner des parts de marché (PDM), affichant ainsi 66% de PDM contre 62% à la fin d’année 2017.

    Un focus sur le trafic conteneur indique que tous les terminaux confondus ont franchi la barre symbolique de 1 million d’EVP manutentionnés en 2018. Sur ce million d’EVP, Marsa revendique à peu près 70% de PDM. Ceci s’explique par l’ouverture d’une nouvelle ligne régulière entre l’Europe du Nord et l’Asie via le port de Casablanca, par les armateurs chinois Cosco Shipping, Evergreen et Yang Ming.

    Ces trois armateurs utilisent ces terminaux et affichent de fortes ambitions de part de marché: «Ils ont pris des parts à des armateurs, clients d’autres terminaux opérateurs. Ce qui explique cette croissance que nous réalisons», explique Meriem Diouri, responsable de la Communication financière et des investissements du groupe Marsa Maroc.

    La performance sur le trafic conteneur a tiré vers le haut le trafic global traité par l’opérateur, qui s’établit à 36,5 millions de tonnes, en hausse de 1,1% par rapport à 2017.

    S’y ajoute une légère hausse de 1,3% du trafic des vracs solides et des marchandises conventionnelles à 17,7 millions de tonnes, avec une importante augmentation du trafic de charbon (+1,2 million de tonnes) suite à la hausse des importations destinées à l’alimentation de la nouvelle unité de la centrale de Jerada.

    La performance globale a tout de même été atténuée, à l’exemple du marché national, par la baisse du transport des vracs liquides, en baisse de 6,2%. Ce trafic, établi à 9,4 millions de tonnes contre 9,9 millions de tonnes en 2017, a été impacté par la baisse du transport de fuel. «La baisse de l’activité de la centrale à fuel de Mohammedia d’une part et la tendance baissière qu’a connue le secteur du BTP, impactant le trafic de bitume, en sont les causes», explique Meriem Diouri.

    Poursuivant la mise en œuvre de son plan stratégique à travers la prospection de nouvelles opportunités de développement, Marsa Maroc a récemment procédé à la signature d’un accord de JV 50/50 avec l’allemand Eurogate International GmbH et Contship Italia S.p.A pour leur entrée dans le capital de sa filiale MINTT, en charge de la concession pour la conception, le financement, la réalisation, l’exploitation et l’entretien du terminal à conteneurs 3 au port Tanger Med 2. Le management est revenu sur les raisons de ce rapprochement.

    «Nous souhaitions avoir un partenaire qui nous rassurerait sur notre capacité à assurer le succès de ce terminal et eux avaient la volonté de continuer à croître sur Tanger Med. Les deux objectifs étant convergents, nous avons réussi à trouver un terrain d’entente et formalisé notre intérêt commun à développer ce terminal ensemble. Notre partenariat n’est pas financier. Il est plutôt stratégique et industriel», explique Mohammed Abdeljalil, président du directoire de Marsa Maroc.

    Le terminal 3 du port de Tanger Med 2 aura pour principal client l’allemand Hapag-Lloyd, cinquième armateur mondial de transport maritime en conteneurs. Ce dernier ne figure pas dans la JV.

    M.Ko.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc