×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Un renfort de 700 bus pour Casablanca

    Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5473 Le 14/03/2019 | Partager
    Coût global: près de 1,5 milliard de DH
    Quelques lignes seront électriques
    Les autres conformes à la norme Euro 5
    bus-casablanca-073.jpg

    L’état de délabrement avancé du parc de M’dina bus fait craindre le pire aux usagers. Les Casablancais doivent encore patienter d’ici fin octobre, avant l’introduction de la nouvelle flotte, qui sera exploitée par un nouveau délégataire (Ph. L’Economiste)

    Deuxième vague d’appel d’offres pour l’acquisition de bus à Casablanca. Cette fois-ci, Casa-Transport a lancé un nouvel appel d’offres pour l’achat de 350 bus.

    L’ouverture des plis est prévue le 14 mai prochain. Il s’agit du 2e appel d’offres du genre après celui de décembre 2018 (pour 350 autres bus). En tout, 700 nouveaux véhicules seront directement acquis par la ville pour un coût estimé à près de 1,5 milliard de DH. La commune table sur une contribution du FART (fonds d’accompagnement de la réforme du transport urbain) qui doit supporter une partie des financements. 

    En fait, il était question, selon le 1er scénario retenu, que la ville achète la moitié de la flotte (350). Le  nouveau délégataire (qui remplacera M’dina bus à l’échéance du contrat fin octobre prochain) devait pour sa part s’engager à acquérir les 350 véhicules supplémentaires. Mais très peu de candidats seraient prêts à prendre ce risque financier.

    «L’expérience a montré qu’il y a peu d’engouement pour l’investissement dans le secteur du transport public, déficitaire partout dans le monde», avait déclaré le maire de Casablanca, Abdelaziz El Omari. Echaudés par l’expérience infructueuse avec M’dina bus, les élus aux commandes de la ville ont finalement décidé de supporter l’ensemble des investissements pour la flotte et de ne confier que l’exploitation au nouveau délégataire (comme c’est le cas pour les lignes de tramway).

    «Quelques véhicules seront électriques, les autres vont rouler au diesel Euro 5 selon la norme européenne», confie l’un des élus proches du dossier. Ils seront probablement 3 lignes électriques, dont une pour desservir la mosquée Hassan II et la corniche de Casablanca, est-il indiqué.

    Les 700 bus devront couvrir le territoire de l’Etablissement de coopération intercommunal (ECI), regroupant 18 communes de l’ex-Grand Casablanca.

    Sachant que ce mode de transport n’attire pas grand monde, vu l’état de vétusté avancée dû à la qualité des services plus que défaillants! Sans oublier les pannes, incendies et accidents récurrents…

    Selon une récente étude sur les déplacements, les résidents de l’ECI El Baida  réalisent 7,8 millions de déplacements chaque jour (cf. édition du 17 janvier 2019). Sur ce territoire, la marche à pied arrive en tête des modes de transport (62%), suivie par les transports en commun, dont les bus (13%), les voitures (12%), les taxis (9%)…

    Ceux qui optent pour le transport par bus le font par nécessité, et non par choix. En effet, 44% des usagers des bus appartiennent à un ménage dont le revenu mensuel est inférieur à 3.000 DH. Ce sont principalement des actifs entre 20 et 30 ans.

    Aziza EL AFFAS

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc