×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Edition spéciale 8 Mars

    Asmae Diani, «une passionnée de l’entreprise sociale»

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5469 Le 08/03/2019 | Partager
    asmae_diani_69.jpg

    Asmae Diani est professeur à l’université Sidi Mohamed Ben-Abdallah de Fès. Elle détient un doctorat en sciences économiques de la même université et un master en communication de Saginaw Valley State University-Michigan. Diani est présidente du CMERES (Ph. YSA)

    «Promouvoir la réflexion et la recherche sur l’entrepreneuriat social au Maroc et plus largement au Maghreb et dans le pourtour méditerranéen» est la mission que s’est assignée Asmae Diani. Très active dans le domaine associatif, cette jeune femme est «d’abord professeur à l’université Sidi Mohamed Ben-Abdallah de Fès». Sa passion pour le travail associatif et l’enseignement supérieur l’a impliquée dans plusieurs travaux de recherche, notamment sur l’entrepreneuriat social et l’évaluation de son impact.

    En effet, Pr. Diani est également présidente et membre fondatrice du Centre marocain des études et des recherches sur l’entreprise sociale (CMERES créé en 2012) et qui a fait de la recherche scientifique son domaine de prédilection majeur. Ainsi, le CMERES a rendu publique, en juillet 2018, une étude sur le potentiel du secteur coopératif à créer des emplois durables en faveur des femmes défavorisées de la région Fès-Meknès.

    L’étude a été menée dans le cadre du projet DAAM piloté par l’ambassade de Grande-Bretagne. Ce centre mène actuellement une étude sur les déterminants de la généralisation de l’éducation préscolaire au Maroc, dont les résultats vont être communiqués en août 2019.

    En attendant, le CMERES entretient d’autres activités et offres de services permettant de faire émerger et réussir des initiatives entrepreneuriales à fort impact social. «Il s’agit des activités de sensibilisation & plaidoyer, de formation, d’accompagnement et d’incubation de projets socialement innovants», explique Diani.

    p_19.jpg

     

    En fait, le centre qu’elle dirige a fait avancer le débat sur la caractérisation de l’entrepreneuriat social au Maroc et milite activement pour la promulgation d’un statut juridique spécifique à l’entreprise sociale. Pour y parvenir, le CMERES s’appuie sur des chercheurs en sciences sociales de renommée internationale. Il dresse annuellement un calendrier de ses priorités en matière de recherche tout en veillant scrupuleusement à la qualité de ses publications.

    «En privilégiant une stratégie de recherche-action, notre centre a contribué à faire émerger et accompagner plusieurs initiatives viables notamment dans l’éducation préscolaire, le soutien scolaire, le service à la personne, le recyclage des déchets et dans les secteurs innovants», souligne la présidente du CMERES.

    Y.S.A.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc