×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Vous êtes 112.291 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 136.119 articles (chiffres relevés le 25/5 sur google analytics)
eleconomiste
Culture

Les ladies du hip hop s’affrontent

Par Karim Agoumi | Edition N°:5468 Le 07/03/2019 | Partager
La première battle de danse urbaine féminine le 9 mars à Casablanca
ladies-du-hip-hop-068.jpg

Les plus grandes danseuses de hip hop du pays auront l’occasion de s’affronter et de prouver l’étendue de leur talent lors de la première battle de danse urbaine exclusivement féminine le 9 mars prochain au centre culturel Sidi Moumen. Les 25 participantes seront évaluées par un jury de grands noms du domaine dont Ayoub Moushi, l’un des meilleurs danseurs de popping du Maroc  (Ph. Positive School of Hip Hop)

Les meilleures danseuses de hip hop auront l’occasion de démontrer toute l’étendue de leur talent le 9 mars prochain à Casablanca lors de la seconde édition de la compétition de haut niveau «Ladies First». Un moyen d’encourager les adeptes de la discipline au Maroc et de leur servir de tremplin en vue d’une carrière à l’international.

Organisée par la Positive School of Hip Hop et les Etoiles de Sidi Moumen, cette manifestation, réservée exclusivement à la gent féminine, opposera pas moins de 25 participantes de tout âge qui seront encouragées et applaudies par plusieurs centaines de spectateurs.

Au total, près de trois danses y seront représentées: le breakdance, le new style et le popping. Les jeunes candidates devront tout d’abord remporter l’une des trois catégories pour ensuite s’affronter lors d’une ultime battle à trois à l’issue de laquelle une seule gagnante sera désignée.

Les danseuses seront rigoureusement évaluées par un jury de grands noms du domaine, reconnus à l’échelle nationale. Parmi ses membres notamment, Yasstosse dont le style et la créativité ont fait sa réputation, Ayoub Moushi, l’un des meilleurs danseurs de popping sous nos cieux ou encore la gagnante du concours de l’an dernier en catégorie breakdance B-Girl Fanny.

Une compétition qui vise à faire connaître les jeunes danseuses de hip hop du Maroc à l’échelle locale et internationale. Mais pas seulement. Le concours a également pour objectif de les «challenger» pour les amener à améliorer leur maîtrise technique et développer leur sens artistique. Un moyen de mettre en avant le métier et de contribuer à le professionnaliser.

Karim AGOUMI

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc