×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Oriental: Le hooliganisme est de retour

    Par Sabrina BELHOUARI | Edition N°:5459 Le 22/02/2019 | Partager
    Une trentaine de blessés dont une vingtaine de policiers lors de la rencontre MCO/RSB
    D’importants dégâts matériels au complexe sportif et à la salle omnisports
    oriental_hooliganisme_059.jpg

    Des images d'une rare violence lors de la rencontre du Mouloudia Club d'Oujda (MCO) avec la Renaissance sportive de Berkane (RSB), le 20 février à 22h. Fallait-il y voir un signe? Toujours est-il, les hooligans ont non seulement démoli le stade, mais aussi entaché la réputation du football dans la région. C'est toute la logistique du déroulement d'un match qui est à revoir... en attendant les sanctions  (Ph. A.K.)

    Une rencontre qui devait être une fête s’est terminée dans le chaos total. Des débuts sereins et fair-play entre les anciens et actuels joueurs des équipes du Mouloudia Club d'Oujda (MCO) et de la Renaissance sportive de Berkane (RSB) se transforment en bataille rangée juste après le coup de sifflet final.

    Un millier de spectateurs, dans un premier temps Oujdis puis Berkanais par la suite, ont complètement détruit la pelouse du terrain, les sièges, les poteaux et transversales des buts ainsi que les annexes du complexe sportif d’Oujda et la salle omnisports. Le staff arbitral et les joueurs des deux équipes sont restés dans leurs vestiaires pendant plus de 3 heures, en attendant d'être transportés.

    Les bus des deux équipes n’ont pu accéder au terrain de peur d’être complètement détruits. Toutefois les joueurs ont pu quitter les lieux sous haute surveillance, certains dans des estafettes de police, d'autres dans des véhicules escortés.

    Mais dehors, c'était le grand saccage, les affrontements ayant causé d’importants dégâts matériels et humains. Les services des urgences ont reçu une trentaine de blessés des deux parts, principalement des agents de police (une vingtaine) dont un hospitalisé pour blessure grave. C’est le résultat d’une rencontre qui n’a de sportif que le nom.

    vioelence_police_059.jpg

     

    Dans leur dernier communiqué de presse, les dirigeants du MCO regrettent les incidents qui ont entaché la rencontre de leur équipe avec la RSB et expriment leur étonnement devant l’ampleur des dégâts qui nuisent à l'image de la profession et qui ruinent les efforts de mise à niveau du Complexe sportif d’Oujda.

    Tous leurs efforts pour permettre à leur équipe de jouer à domicile dans des bonnes conditions ont été hypothéqués. Idem pour Abdeslam Talem, directeur du complexe sportif qui déplore cette situation précisant que «des mois de travaux et des budgets importants sont partis en fumée».

    Pour rappel, la mésentente entre les supporters des deux équipes ne date pas d’hier. Elle a été attisée par les ultras des deux équipes qui ont usé de tous les moyens pour gâcher la rencontre: banderoles, slogans insultants et prolifération d’injures sur les réseaux sociaux et lors de la rencontre.

    En plus, des milliers de «supporters» et de mineurs ont accédé au stade sans billets, et sans être contrôlés. Des failles organisationnelles et sécuritaires qui ont conduit aux dérapages et débordements qui s'en sont suivis.

    Sur le plan sportif la rencontre s’est soldée par un but à zéro en faveur des locaux qui ont su négocier la rencontre et préserver leur avantage. L’unique but est inscrit par Abdellah Khafifi à la 54e minute. Une victoire qui leur a permis de quitter la zone rouge et de se hisser à la sixième place en compagnie de la RS Berkane, l’Olympique de Safi et l’AS des FAR.

     De notre correspondant permanent, Ali KHARROUBI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc