×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Marrakech/plantes aromatiques & médicinales Le marché s’organise

    Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5444 Le 01/02/2019 | Partager
    Le Cluster Ménara annonce la création d’un écosystème dédié
    Le Health and cosmetic Valley devra développer une industrie à forte valeur ajoutée
    plantes-aromatiques-medicinales-044.jpg

    La Région de Marrakech-Safi exporte l’équivalent de 21.000 tonnes de PAM (sous forme de vrac ou produits transformés), notamment les produits à base de romarin, caroube, argan et thym (Ph L’Economiste)

    Alors que le Maroc regorge de plus de 4.000 espèces recensées, les plantes aromatiques et médicinales (PAM) récoltées au Maroc ne sont pas suffisamment valorisées sur place.

    Pourtant, pour concurrencer le marché international, il faudrait bien se doter d’unités modernes de transformation en produits de haute valeur ajoutée, répondre aux règles strictes de qualité internationales et donc miser sur la recherche et l’innovation. Ces thèmes étaient au cœur des débats du 1er congrès international sur la valorisation des PAM initié par le Cluster Ménara.

    Une occasion aussi pour annoncer la création d’un écosystème territorial  autour des industries des plantes aromatiques et médicinales, le Health and cosmetic Valley. La Région de Marrakech-Safi exporte l’équivalent de 21.000 tonnes de PAM (sous forme de vrac ou produits transformés), notamment les produits à base de romarin, caroube, argan et thym. Elle occupe ainsi la place de 2e région exportatrice du Royaume.

    Parmi elles des success stories comme  Siti-Tea, leader mondial du thé haut de gamme ou des acteurs cosmétiques (les laboratoires Ircos, Nectarôme et les Sens de Marrakech) qui se sont démarqués sur le plan international avec un niveau d’expertise élevé. Aujourd’hui, la région ambitionne de capter le fort potentiel de ce secteur.

    En effet, la demande mondiale des produits dérivés des PAM (estimée à au moins 165 milliards de dollars), connaît un essor majeur principalement porté par les médicaments, les produits alimentaires (les tisanes et les épices) et la cosmétique verte.

    Le secteur compte également 4 autres débouchés commerciaux, à savoir les compléments alimentaires, les huiles essentielles, les arômes et fragrances et les biopesticides. «Si l’écosystème naturel prédispose le Maroc à figurer comme l’un des dix premiers grands producteurs mondiaux des plantes aromatiques et médicinales, le cluster va renforcer globalement cette filière, depuis l’aval jusqu’à l’amont», insiste Youssef Mouhyi, président du Cluster Ménara.

    Il s’agira par exemple de pallier les problèmes de l’amont comme l’exploitation informelle des ressources spontanées, la mauvaise qualité de la matière première très souvent due à des pratiques non recommandées, la méconnaissance des plantes et variétés… Au niveau de la production industrielle, le cluster va chercher des financements  pour les acteurs de la filière et communiquer notamment sur les mécanismes existants. Globalement, l’écosystème «Marrakech, Health & Beauty Valley» comprendra  9 filières y compris le conditionnement et l’emballage.

    Un échéancier a été annoncé: dès les semaines prochaines, le cluster mobilisera donc l’ensemble des acteurs et parties prenantes de cette filière pour construire la nouvelle plateforme industrielle.

    De notre correspondante permanente, Badra BERRISSOULE

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc