×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Marrakech, la ville de toutes les «enchères»

    Par Joséphine ADAM | Edition N°:5421 Le 27/12/2018 | Partager
    La maison tangéroise Mazad & Art s’installe au Sofitel le 29 décembre
    Artcurial au Es Saadi et la CMOOA à Jemaâ El Fna
    Autant de rendez-vous pour les collectionneurs en cette fin d’année
    mehdi_el_mnebhi_021.jpg

    De l'orientalisme pour cette vente aux enchères avec notamment le «Portrait de Mehdi El Mnebhi, ministre de la Guerre du sultan Moulay Abdelaziz» de Raoul Torres de Lara. Un œuvre phare estimée entre 160.000 et 180.000 DH (Source: R. Ouettassi)

    Alors que le palace Es Saadi se prépare à accueillir les enchères Artcurial le 30 décembre (voir L’Economiste N° 5413 du 17/12/2018), la veille, Mazad & Art s’installe au Sofitel. Pendant ce temps, la Compagnie marocaine des œuvres et objets d’art (CMOOA) célèbre l’histoire de l’art marocain au sein de l’ancienne agence de Bank Al-Maghrib de la place Jemaâ El Fna (voir L’Economiste N° 5415 du 19/12/2018).

    Autant de ventes qui devraient affoler les collectionneurs à Marrakech. Le 29 décembre, c’est donc une nouvelle vacation pour la maison tangéroise. Suivant les envies et les intérêts, il sera possible d’acquérir des œuvres d’art marocaines exceptionnelles mais également des toiles de grands maîtres internationaux et des orientalistes, tous mouvements et formes d'expressions confondus.

    «Nous y avons inséré toutes les formes d’expressions et mouvements artistiques du XIXe siècleà nos jours incluant orientalisme, art moderne et contemporain, sculpture, photographie et street art ou “art de la rue” qui fait désormais partie de notre paysage urbain quotidien», précise Chokri Bentaouit, président fondateur de Mazad & Art.

    meriem_mezian_021.jpg

    «Cinq femmes, trois debout et deux assises» de l'artiste marocaine Meriem Mezian a fait partie de l'exposition inaugurale du Musée Mohammed VI. Une toile réalisée en 1950 et estimée entre 500.000 et 600.000 DH (Source: R. Ouettassi)

    Sous la houlette du commissaire-priseur Alexandre Millon, la vente ratisse large pour satisfaire les préférences des collectionneurs. Les amoureux de sculpture peuvent ainsi se tourner vers «Le Méhariste», un bronze, deux patines dorées sur socle marbre noir, signé Edouard Drouot, ou la «Chasse au faucon» de Pierre-Jules Mêne, un bronze doré et patiné réalisé en 1873.

    De l'orientalisme aussi avec des œuvres phares comme le «Portrait de Mehdi El Mnebhi, ministre de la Guerre du sultan Moulay Abdelaziz» de Raoul Torres de Lara. Des toiles qui font office de voyage à travers l’histoire des villes de Tanger ou Marrakech. «Types of Tangier» de Gordon Coutts, ou «La grande mosquée» de Rachid Hanbali, également représentée par Ferdinand Willaert, pour la ville du détroit.

    Quant à Marrakech, elle a inspiré les artistes André Suréda avec «Charmeur de serpents devant la Koutoubia», Marcel Busson avec «Jamaâ El Fna Marrakech» ou encore Henri Jean Pontoy avec «Passage sous les treillis».

    sculpture_karim_bennani_021.jpg

    Sculpture, volume bas relief de Karim Bennani, estimée entre 120.000 et 140.000 DH (Source: R. Ouettassi)

    Cette vacation comprend également 2 lithographies signées par une figure emblématique de l'art au Maroc, Mohammed Fquih Rergragui, et «Portrait de la mère de l'artiste» et «Cinq femmes, trois debout et deux assises» réalisées en 1950 par l'artiste marocaine Meriem Mezian, qui ont fait partie de l'exposition inaugurale du Musée Mohammed VI.

    Ces enchères de tableaux et objets d’art mettent à l’honneur les photographies d’artistes marocains dont Nabil Ayouch, Thami Ennadre ou encore Leila Alaoui. Des internationaux aussi comme le réalisateur britannique Peter Rodger avec une photographie exceptionnelle surréaliste représentant Tanger aux mille mosquées et aux mille églises.

    Pour compléter l’éventail, de l'art modern et contemporain marocain avec les œuvres des figures de proue de la scène artistique nationale dont Miloud Labied, Chaïbia Talal, Farid Belkahia, Jilali Gharbaoui, Hassan El Glaoui, Mohamed Chabaa, Mohamed Drissi, Mohamed El Mourabiti, Mohamed Melehi ou Mahi Binebine. A noter enfin qu'une partie de cette vente est dédiée au projet phare du club Soroptimist Marrakech: un internat pour la scolarisation de la jeune fille rurale.

    J.A.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc