×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Compensation: Merci à la baisse du butane

    Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5421 Le 27/12/2018 | Partager
    La charge ne devrait pas dépasser les 13,7 milliards de DH prévus en 2018
    Les cours du gaz en chute libre depuis le mois de novembre
    tendance_gaz_butane_021.jpg

    Avec la forte baisse du baril du pétrole brut (à moins de 60 dollars), les prix du gaz butane ont baissé de 29% en novembre pour s’établir à 433 dollars la tonne en moyenne. Début décembre, ils sont passés  à moins de 400 dollars la tonne

    Après la hausse de 6% sur les onze premiers mois, la charge de compensation devrait baisser lors de ce dernier mois de l’année. Le gaz butane qui en concentre l’essentiel est sur un trend baissier depuis novembre.  Ses cours avaient chuté à 433 dollars la tonne. Début  décembre, la tonne se négociait à moins de 400 dollars. (Voir infographie ci-contre).

    Selon les données du Trésor, les décaissements à fin novembre se sont élevés à 12,3 milliards de DH, soit 90% des prévisions budgétaires initiales. C’est moins de 1 milliard de DH par rapport à la même période de 2017 (11,6 milliards de DH). L’explication tient principalement à la tendance haussière des cours du gaz butane sur les dix premiers mois. La hausse a atteint 20% par rapport à la même période de l’année 2017, avec un pic de 609 dollars la tonne sur le mois d’octobre.

    Mais depuis le mois de novembre, un retournement s’est opéré sous l’effet de la baisse des prix du baril du pétrole brut. Selon les données de la Caisse de compensation arrêtées à fin octobre, la charge de la subvention du gaz butane s’est élevée à 9,76 milliards de DH  contre 8,70 milliards à la même période de l’année 2017, soit une augmentation de 21%.

    Sur la période janvier-septembre, la charge unitaire par bouteille s’est établie, en moyenne, à 59 DH/bouteille de 12 kg et à 15,27 DH/bouteille de 3 kg contre respectivement 51,16 et 13 DH à la même période en 2017. En revanche, la subvention du sucre s’est légèrement repliée de 1% sur les dix premiers mois par rapport à la même période de 2017. Ce repli a concerné  aussi bien les volumes que les valeurs. Elle s’est située à 2,9 milliards de DH.

    Par kilogramme de sucre consommé, la subvention forfaitaire n’a pas changé. Elle devrait se maintenir à 2,8 DH/kg. Ceci, malgré la baisse continue des cours du sucre à l’international dans la mesure où elle concerne le produit local.

    En novembre, ces cours se sont contractés de 2,9% pour se situer à 284 dollars la tonne en moyenne, portant leur baisse annuelle à 13,9%. Chute du baril du brut oblige, le Brésil, principal producteur et exportateur de sucre, a réduit sa production de l’éthanol à base de canne. Une situation qui devrait permettre à la Caisse de substantiels gains en termes d’équivalents tarifaires.
    A. G.

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc