×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Brèves internationales

    Brèves Internationales

    Par L'Economiste | Edition N°:5419 Le 25/12/2018 | Partager

    ■ Italie: La loi de finances revue et corrigée votée
    Le Sénat italien vient de voter la confiance au gouvernement populiste sur le budget revu et corrigé après un long bras de fer avec Bruxelles qui avait rejeté la première version du texte. Celui-ci doit être encore approuvé par la Chambre des députés, dont le vote est attendu le 28 ou le 29 décembre. A la suite de l'accord conclu avec l'UE pour éviter à l'Italie une procédure d'infraction pour déficit excessif, ce texte prévoit un déficit public à 2,04% du Produit intérieur brut (PIB) (contre 2,4% au départ) avec une prévision de croissance ramenée à 1% pour l'an prochain, au lieu de 1,5%. Il doit permettre d'éviter une aggravation de l'énorme dette de l'Italie, qui dépasse les 130% de son PIB. L'accord conclu prévoit plusieurs milliards d'euros d'économies sur les deux mesures-phares du gouvernement: la réforme des retraites et le revenu de citoyenneté. Les deux mesures seront lancées en avril prochain.

    ■ Belgique: Pas d'élections anticipées malgré la crise
    Même mis en minorité, le gouvernement belge continue son travail. Le roi Philippe a chargé l'équipe sortante conduite par Charles Michel de gérer les affaires courantes d'ici aux élections de mai. Il a également écarté la perspective d'élections anticipées et a invité le Parlement et le gouvernement à collaborer sur des sujets importants (budget, environnement…). La crise est née du départ du gouvernement des ministres nationalistes flamands, le week-end des 8-9 décembre 2018. Ceux-ci étaient opposés au soutien du pays au Pacte mondial de l'ONU pour réguler les migrations, exprimé officiellement le 10 décembre à Marrakech par le Premier ministre, le libéral francophone Charles Michel.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc