×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

L’inflation profite de la décrue des prix alimentaires

Par Franck FAGNON | Edition N°:5378 Le 24/10/2018 | Partager
1,1% en septembre sur un an, après 1,7% en août
Les prix dans l’enseignement et le transport ont progressé plus vite
inflation_078.jpg

Le retour de l’inflation sous la cible de 2% s’explique en grande partie par le ralentissement des tarifs des produits alimentaires. Le coût du panier de la ménagère a même baissé de 1% en septembre

La hausse des prix à la consommation a ralenti pour le cinquième mois consécutif pour s’établir à 1,1% en septembre sur un an. L’inflation s’était installée au-dessus de 2% entre mars et juillet. Le retour sous la cible de la Banque centrale s’explique en grande partie par le ralentissement des prix des produits alimentaires.

Le coût du panier de la ménagère a même baissé de 1% en septembre. Pondérés à hauteur de 37% dans l’indice, les produits alimentaires ont une forte influence sur le comportement des prix à la consommation. La surchauffe sur les tarifs des boissons alcoolisées et du tabac (+10,5%) impacte peu l’inflation compte tenu d’une faible pondération.

Les autres sources de dépenses des ménages ont connu des évolutions plus ou moins marquées selon la rubrique. Le coût du logement, eau et électricité et les articles d’habillement et les chaussures se sont renchéris de 1,1%. En revanche, la hausse est plus marquée pour l’enseignement dont les tarifs ont augmenté de 3,4%. A chaque rentrée, les parents doivent supporter des frais de scolarité toujours plus élevés. En septembre, les prix du transport ont également augmenté de 2,1%.

En moyenne, les prix à la consommation ont augmenté de 2,1% sur les neuf premiers mois de l’année. Les produits alimentaires et boissons non alcoolisées, l’enseignement, le transport, les restaurants et hôtels principalement ont alimenté cette hausse. La seule baisse sur la période concerne les frais de communication (-0,2%).

L’inflation progresse plus vite dans les villes du sud depuis le début de l’année en particulier à Dakhla (+3,8%), Safi (+3,3%), Laâyoune (+3%) ou encore Guelmim (+2,8%). En moyenne, les prix à la consommation ont progressé de 2,5% à Fès, 2,8% à Oujda et 2,2% à Tétouan. Dans les grandes agglomérations, les prix se sont renchéris de 1,9% à Casablanca et 1,5% respectivement à Rabat et Marrakech.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc