Analyse

Projet de loi de Finances: Où ira l’investissement des entreprises publiques

Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5376 Le 22/10/2018 | Partager
Casablanca-Settat canalise 35,357 milliards de DH en 2019
Le groupe OCP en locomotive
Rabat arrive en 2e position avec 16,773 milliards de DH
plf_investissment_076.jpg

La répartition du budget des entreprises et des établissements publics pour 2019, estimé à  99,01 milliards de DH, fait apparaître la prédominance de Casablanca-Settat sur les autres régions, avec 35,357 milliards de DH. Elle est suivie par la région de Rabat-Salé-Kénitra qui canalise un investissement de 16,773 milliards de DH.

La région de Casablanca-Settat a détrôné la capitale en tant que première bénéficiaire des investissements des établissements et entreprises publics (EEP). En effet, elle concentre 35,357 milliards de DH d’investissement l’année prochaine. Ce montant représente plus du tiers de 99,02 milliards de DH consacrés à ces établissements. Plusieurs secteurs se partagent cette manne.

Ainsi figurent la réalisation de l’autoroute Titmelil-Berrechid et l’élargissement de celle de Casablanca-Berrechid et de la rocade de la capitale économique pour 3,24 milliards de DH. Le programme de maintenance des routes et des ouvrages d’art nécessite 359,9 millions de DH.

Au menu également, les ouvrages de protection du port de Casablanca (150 millions de DH), de Mohammédia et de Skhirat ainsi que le réaménagement du port sec de Zénata (50 millions de DH) et la réalisation du nouveau port Jorf Lasfar gaz naturel liquéfié (20 millions de DH).

Au niveau de l’aménagement des voiries, dont le coût global est estimé à 2,480 milliards de DH, les crédits octroyés en 2019 atteindront 500 millions de DH. Le projet du Grand théâtre de Casablanca absorbera 230 millions de DH de crédits pour l’année prochaine. La réalisation de la trémie Al Mohades, estimée à 820 millions de DH, nécessite 437,4 millions de DH en 2019. Les corniches du grand Casablanca, estimées à 700 millions de DH, se verront octroyer 244,4 millions de DH en 2019.

Le groupe OCP n’est pas en reste. La réalisation de 4 unités intégrées d’acide phosphorique et engrais mobilise 2,526 milliards de DH en 2019 sur une enveloppe globale de 22,715 milliards de DH et 1,091 milliard de DH la même année sur un coût général de 10,113 milliards de DH pour les projets de Jorf Phosphore Hub. D’autres projets du groupe sont au programme pour plusieurs centaines de millions de DH comme notamment la construction de nouvelles lignes sulfuriques avec une centrale intégrée et de production d’engrais.

En matière de santé, le projet prévoit notamment la construction du CHP de Mohammédia avec 270 lits à 320 millions de DH, le réaménagement de l’hôpital psychiatrique de Berrechid (400 lits), avec 150 millions de DH et du CHP de Moulay Rachid (120 lits) avec 160 millions de DH.

Après Casablanca, c’est la région de Rabat-Salé-Kénitra qui arrive en deuxième position avec des investissements de l’ordre de 16,773 milliards de DH. Dans les crédits prévus en 2019, la Société tramway de Rabat-Salé mobilise 801 millions de DH sur un coût global de 1,715 milliard de DH. Il s’agit de la réalisation de près de 7 km pour que le tram desserve des quartiers denses limitrophes.

La société Bouregreg cultures doit mobiliser 574 millions de DH en 2019 sur une enveloppe globale de 1,743 milliard de DH. D’autres projets d’infrastructures sont prévus et pilotés notamment par l’ONCF, l’ONEE, l’ADM, l’Agence d’aménagement de la vallée de Bouregreg et l’ORMVA.

Après la capitale, c’est Marrakech-Safi qui canalise 9,891 milliards de DH. Au programme de la région pour 2019, les travaux de construction de la première tranche de l’éco-campus universitaire à Tamansourt, de l’Université Cadi Ayad Marrakech, qui nécessitent 660,8 millions de DH.

De son côté, l’ONEE mettra 248,7 millions de DH dans un projet éolien intégré de 850 MW. L’OCP interviendra avec 300 millions de DH sur un coût global de 1,110 milliard de DH pour réaliser la ligne sulfurique de Safi. A cela s’ajoutent 200 millions de DH sur un coût global de 3 milliards de DH pour le port de Safi et 521 millions de DH (sur 5,136 milliards de DH) pour les laveries des mines de Benguérir.

Dans ce classement, l’Oriental vient en 4e place avec 7,809 milliards de DH dont l’investissement le plus en vue est celui du port de Nador West Med pour 377 millions de DH sur un coût global de 10 milliards de DH. Il est suivi de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma où l’investissement public est de 7,409 milliards de DH, de celle de Béni Mellal avec 5,819 milliards de DH.

La région Laayoune-Sakia Al Hamra, en 9e position, canalise 3,422 milliards de DH. En queue de peloton, la région de Dakhla-Oued Eddahab avec 665 millions de DH.

Disparités territoriales

La mise en œuvre du programme de réduction des disparités territoriales et sociales en milieu rural et dans les zones de montagne a fait l’objet d’instructions royales claires. L’objectif est  d’améliorer les conditions de vie des populations vulnérables, en matière notamment de désenclavement, d’accès à l’eau potable, de généralisation de l’électrification et d’amélioration de l’offre de soin et d’éducation. Le montage financier de ce programme qui s’élève à 50 milliards de DH sur la période 2016-2022, prévoit la contribution du Fonds de développement rural et des zones de montagne (FDRZM) à hauteur de 10,5 milliards de DH. A cela s’ajoutent les contributions de plusieurs ministères pour 12,8 milliards de DH à programmer au niveau de leurs budgets annuels, dans le cadre de la loi de finances, pour les reverser par la suite au FDRZM. A préciser que les dotations qui transitent par ce Fonds, représentent environ 47% de l’enveloppe globale du programme de réduction des disparités territoriales et sociales. Les crédits mobilisés au titre de 2017 pour les 12 régions se sont élevés à 3,436 milliards de DH.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc