Régions

Oriental: Formation qualifiante pour les migrants

Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5367 Le 09/10/2018 | Partager
Les métiers verts en ligne de mire
Formation accélérée de 38 heures/semaine
oriental-formation-migrant-067.jpg

Il est temps d’adapter les formations professionnelles aux attentes du marché du travail et au renforcement de la coopération Sud/Sud (Ph. AK)

Les ressortissants africains, résidant dans l’Oriental, bénéficient d’un nouveau mode de formation professionnelle. C’est ce que vient de lancer le Laboratoire d’électromagnétisme, traitement de signal et énergies renouvelables (Letser), de la faculté des sciences de l’Université Mohammed premier d’Oujda (UMP).

Au total, 30 ressortissants subsahariens: Camerounais, Guinéens, Nigérians, Congolais et Ivoiriens suivent des cours accélérés de trois mois (38 heures par semaine), ponctués par un diplôme universitaire. La formation, destinée aux jeunes subsahariens, s’inscrit dans le cadre de la stratégie du Maroc sur l’intégration des immigrés africains (Coopération Sud/Sud), et la problématique générale de développement durable, l’adaptation et l’amélioration de la qualité environnementale suite aux changements climatiques.

En parallèle, une attention particulière est attachée à leur intégration progressive en entreprises à travers des stages et travaux sur le terrain. Une nécessité pour acquérir des compétences métiers et multiplier les opportunités d’embauche. Cette formation, dédiée aux métiers verts, est portée par l’Association hommes et environnement (Berkane) qui bénéficie d’un financement de bailleurs de fonds européens et d’une collaboration étroite de l’Anapec.

Celle-ci se charge de l’insertion des diplômés via son réseau d’offres d’emploi au Maroc, en Afrique et en Europe. Dans le détail, les bénéficiaires (bacheliers et niveau bac) suivent des cours théoriques et pratiques de conception et maintenance des équipements et installations à énergies solaires (photovoltaïque et solaire thermique), matériaux et cellules, assemblages, dimensionnement, électroniques, électroniques de puissance, automatiques, informatiques, acquisition, supervision et contrôle, gestion de projet, entrepreneuriat, langues,…

oriental_formation_migrants_067.jpg

 

«Dans le domaine des énergies renouvelables photovoltaïques et solaires thermiques, la fabrication et installation (autonomes et injection sur le réseau) nécessitent des techniciens et cadres spécialisés capables d’innover, de concevoir, d’installer et d’assurer la maintenance de ces systèmes», explique Khalil Kassmi, directeur du Letser.

Et d’ajouter que les métiers verts offrent de multiples perspectives d’emploi grâce aux nombreuses éco-industries, industriels de fabrications des cellules photovoltaïques, systèmes solaires et photovoltaïques (pompage de l’eau, éclairage, chauffe-eau,…), équipements solaires (fours, dessalement solaire). C’est ce que réalise Letser qui porte un second projet en partenariat avec l’INDH pour la réalisation de fours solaires pour le monde rural.

De notre correspondant permanent, Ali KHARROUBI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc