Régions

Casablanca Une session light au Conseil de la ville

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5365 Le 05/10/2018 | Partager
Report du vote de 2 nouvelles SDL: «Casa Environnement» et «Casa Abattoirs et marché de gros»
Les élus maintiennent les tarifs du tram inchangés
Le groupe PAM claque la porte!
casa-conseil-de-la-ville-065.jpg

Omar Farkhani, président du groupe PAM, présentant le document résumant  la position de son groupe à Abdelaziz El Omari, président du Conseil de la ville, avant le début de la session du jeudi 4 octobre (Ph. Jarfi)

Une session au goût d’inachevé. La moitié des points à l’ordre du jour de la session du Conseil de la ville du jeudi 4 octobre a été reportée. Une autre séance est prévue jeudi 18 octobre afin de voter l’ensemble des 34 points sur l’agenda du Conseil.

La prochaine session devra trancher sur des projets controversés tels que la création de 2 nouvelles SDL: «Casa Environnement» et «Casa Abattoirs et marché de gros». Le vote d’une annexe à la convention relative à la réalisation du Grand théâtre a éte également ajourné.

L’unique point culminant, adopté à l’unanimité, est celui relatif au maintien du tarif actuel du tramway. En effet, comme nous l’avions déjà annoncé (cf. édition du 28 septembre 2018), la ville a décidé de ne pas augmenter le prix du ticket à l’entrée en service de la 2e ligne de tram (prévue dans quelques semaines).

Le prix du ticket sera ainsi maintenu à 6 DH (pour la carte rechargeable) et 8 DH pour le ticket jetable. «Bien que le réseau passera de 31 km à 48 km, le tarif restera inchangé», précise Abdelaziz El Omari, président du Conseil de la ville.

Avec le même ticket à 6 DH, le passager aura accès à plusieurs destinations avec 4 terminus (Sidi Bernoussi-Aïn Diab et Sidi Moumen-Lissasfa). Selon lui, l’élargissement du réseau devait normalement se répercuter sur les prix, «mais nous avons décidé de ne pas toucher au pouvoir d’achat des Casablancais dans le contexte actuel». La ville continuera donc à subventionner 40% du prix réel du ticket (qui est de 10 DH). Le potentiel de plus de 200.000 passagers/jour sur les 2 lignes (contre 95.000 sur la ligne 1) devrait permettre de renflouer les caisses de la ville.

«Nous avons l’intention de maintenir la subvention, mais aussi de l’élargir au réseau de bus dans le cadre de l’interopérabilité bus/tram dès l’année prochaine», annonce le maire. Ce dernier assure que la ville est en discussions avancées pour trouver de nouvelles sources de revenus afin de subventionner le transport en commun.

«On pourrait envisager, à titre d’exemple, une taxe payée par les automobilistes et dont les recettes serviraient à subventionner le transport public», suggère El Omari. Mais, d’après lui, ce n’est qu’après l’attribution du marché de transport par bus qu’il y aurait plus de visibilité sur les tarifs en 2019.

Par ailleurs, la ville a confié plusieurs terrains aux ministère des Habous afin d’y ériger des mosquées. Deux lots (de 560 m2 et 532 m2) ont ainsi été cédés à l’angle bd Anfa et rue Washington (à quelques mètres du bd My Youssef) et au quartier Najd (Derb Ghallef). «Ces cessions rentrent dans le cadre d’un plan directeur des Habous qui prévoit la construction de plusieurs mosquées au centre-ville de Casablanca qui manque de lieux de culte», explique El Omari.

A signaler que la session a été marquée par le retrait des élus PAM (opposition) en protestation contre ce que Omar Farkhani, président du groupe, qualifie d’exclusion et de mise à l’écart des membres de l’opposition. «Nous n’obtenons pas les documents nécessaires, nos suggestions ne sont jamais prises en considération  et nous ne recevons jamais de réponses à nos lettres adressées au Conseil de la ville», déplore Farkhani.

 

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc