Entreprises

Bourse: Les sociétés non financières au ralenti

Par Franck FAGNON | Edition N°:5362 Le 02/10/2018 | Partager
Le chiffre d’affaires a limité sa hausse à 0,4% à 79,3 milliards de DH
Mines, agroalimentaire et immobilier ont fortement influencé les résultats
Ceci dit, le match actions vs actifs de taux restera à l’avantage du premier
chiffres_cle_062.jpg

Dix secteurs non financiers sur 19 ont positivement influencé les revenus, relèvent les analystes d’Upline Research. Mais, l’ampleur des baisses d’activité chez Résidences Dar Saada, Addoha, Cosumar et Centrale Danone a pesé lourd

Le bilan à mi parcours des entreprises cotées a confirmé les appréhensions des investisseurs. Les bénéfices du marché ont reculé de 4% à 16 milliards de DH à fin juin. En retraitant les déficitaires et les opérations exceptionnelles, les profits récurrents marquent une légère hausse de 0,7%, selon les calculs d’Attijari Global Research.

Le changement de rythme est significatif par rapport aux deux dernières années. La filiale d’Attijariwafa bank a du coup revu à la baisse ses prévisions annuelles (bénéfices récurrents) de 5% à 3%.

A fin juin, les entreprises non financières ont vu leurs résultats (hors retraitement) reculer de 8,3% à 8,7 milliards de DH. Managem est pour 5 points de pourcentage à l’origine de cette contre-performance en raison d’un effet de base défavorable. Ses comptes au premier semestre 2017 intégraient une plus-value suite à la cession de Pumpi en RDC.

Les autres impacts négatifs sur les bénéfices semestriels des sociétés non financières proviennent de l’agroalimentaire (Centrale Danone, Cosumar, Oulmès) et de l’immobilier. Ces deux secteurs ont également fortement ralenti la croissance du chiffre d’affaires. Il a limité sa hausse à 0,4% à 79,3 milliards de DH. Dix secteurs non financiers sur 19 ont positivement influencé les revenus, relèvent les analystes d’Upline Research. Mais, l’ampleur des baisses d’activité chez Résidences Dar Saada, Addoha, Cosumar et Centrale Danone a pesé lourd.

Malgré des résultats semestriels mitigés, il faudra relativiser l’impact sur la Bourse estime Attijari Global Research. Sur un portefeuille de 22 entreprises (financières et non financières) représentant 84% de la capitalisation boursière, 15 (73% de la capitalisation boursière) ont publié des résultats en ligne ou supérieurs aux attentes et 7 ont déçu, notent les analystes.

La lecture des résultats du premier semestre pourrait renforcer les arbitrages en faveur des valeurs de rendement. Elles offriraient un rendement du dividende moyen de 5,2% selon les prévisions d’AGR contre un rendement du bond du Trésor sur cinq ans inférieur à 3% plus exactement 2,85%.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc