×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Protection sociale: El Othmani mobilise ses troupes

    Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5350 Le 14/09/2018 | Partager
    Le gouvernement fixe les priorités pour 2019
    Les décrets d’application de la loi sur la couverture médicale et la retraite des indépendants adoptés
    Un projet de loi sur le nouveau système de ciblage pour bientôt
    saadeddine-el-othmani-050.jpg

    Saâdeddine El Othmani a mis l’accent sur l’importance de «l’amélioration de la gouvernance et de la rationalisation des ressources, en plus de la garantie de la convergence des politiques publiques, afin d’assurer un meilleur impact sur la vie quotidienne des populations ciblées» (Ph. Bziouat)

    Le dernier discours du Trône a tiré la sonnette d’alarme. Les secteurs sociaux continuent de souffrir de grands déficits, en dépit des dizaines de milliards de dirhams mobilisés. L’éparpillement des programmes et la multiplicité des intervenants ont limité l’effet des programmes lancés.

    Aujourd’hui, Saâdeddine El Othmani veut donner un nouveau souffle à ce chantier, en conformité avec les urgences fixées par le Souverain. C’est dans cette logique que s’est tenue la 1re réunion de la Commission interministérielle de la réforme du système de protection sociale, mercredi dernier à Rabat.

    L’objectif de cette instance, créée par une circulaire du 30 mars 2018, est de mener une refonte profonde des différents programmes et politiques lancés dans le domaine du soutien et de la protection sociale. Surtout que «les montants mobilisés ne semblent pas avoir un impact direct sur la vie des citoyens», a reconnu le chef du gouvernement.

    Pour lui, cela est lié à plusieurs dysfonctionnements, dont notamment l’ampleur du déficit et la faiblesse des moyens. A cela s’ajoute l’absence d’un système efficace de ciblage des populations vulnérables, en plus des limites du modèle de gouvernance. «Cela a été pointé par plusieurs rapports des instances constitutionnelles», a rappelé El Othmani.

    La 1re réunion de cette commission, marquée par la présence des ministres en charge des secteurs sociaux, ainsi que des responsables des organismes de prévoyance, avait pour objectif de fixer sa feuille de route. Il s’agit notamment de procéder à «la mise en place d’une politique intégrée et unifiée de protection sociale, l’élargissement de la couverture médicale de base (Ramed), l’unification des méthodes de ciblage, en plus de l’amélioration de la qualité des services de proximité. Cela sera accompagné de la mise en place d’une communication institutionnelle dédiée au processus de réforme du système de protection».

    Les premières mesures de ce chantier seront contenues dans le projet de loi de finances 2019. El Othmani a décliné les engagements de son équipe durant la prochaine année. En matière d’enseignement, «la priorité sera donnée à la réhabilitation du rôle de l’école en matière d’éducation, en plus du renforcement de la scolarité des enfants et la lutte contre la déperdition», a-t-il souligné.

    Idem pour le secteur de la santé, «qui continue de souffrir de grands déficits, en matière d’accès au soin et de gouvernance, en plus du manque des moyens humains et matériels», selon le chef du gouvernement. Pour lui, c’est l’un des principaux enjeux de la nouvelle vision 2025. El Othmani a également mis l’accent sur l’importance de l’élargissement de la couverture médicale et du régime de retraite au profit des indépendants.

    Les 4 décrets d’application de la loi relative à ce dossier ont été adoptés lors de la réunion du Conseil de gouvernement, tenue hier à Rabat. Pour la mise en place d’un nouveau modèle de ciblage des populations concernées par les programmes de soutien, El Othmani a fait savoir que le projet de loi est en cours de finalisation. Il sera bientôt soumis à la procédure d’adoption, a-t-il dit.

    Néanmoins, le chef de gouvernement est conscient que la réussite de ces démarches passe par «l’amélioration de la gouvernance, la rationalisation de la gestion des ressources humaines et la garantie de la convergence des politiques publiques dans le domaine social». Cela devra s’accompagner d’un soutien aux entreprises, afin qu’elles puissent créer davantage de postes d’emplois.

    Commissions

    Au-delà du rôle de pilotage assuré par la Commission interministérielle, celle-ci a mis en place quatre commissions thématiques permanentes, en charge de la mise en œuvre du plan d’action fixé. Il s’agit notamment de celle en charge du ciblage, sous la tutelle du ministère de l’Intérieur. Une autre instance, dédiée à la couverture médicale de base, est supervisée par le département de la Santé. A cela s’ajoute une 3e commission, en charge de l’assistance sociale, pilotée par le ministère de la Famille et de la Solidarité. La dernière instance, dédiée à la gouvernance et la convergence des programmes, est placée sous la tutelle du ministère de la Gouvernance et des Affaires générales. 

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc