Culture

Essaouira: L’art photographique, entre pointures et jeunes talents

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:5349 Le 13/09/2018 | Partager
Les 3es «Nuits photographiques» prévues du 4 au 7 octobre prochain
Plus d’une trentaine d’artistes à l’affiche
Le «Off», du 28 septembre au 7 octobre, dédié aux talents locaux
essaouira_photographie_049.jpg

L’invité d’honneur cette année, le photographe de mode, Jean-Daniel Lorieux, compte parmi les plus célèbres de sa génération, connu notamment pour ses collaborations avec Vogue ou L’Officiel, et avec de grandes marques comme Dior, Céline ou Paco Rabanne (Source: J.D. Lorieux)

Ils sont 31 photographes, sélectionnés parmi plus de 150 candidats dans 20 pays, à l’affiche de la 3e édition du Festival international des nuits photographiques d’Essaouira. Prévu du 4 au 7 octobre prochain, ce rendez-vous met l’art photographique à l’honneur et permet aux professionnels, amateurs ou passionnés, de se rencontrer et d’échanger leurs expériences.

Stéphane Kossmann, à l’origine de cette initiative, connaît parfaitement le sujet. Photographe officiel des stars du Festival de Cannes et de Deauville, il est à l’origine des Nuits photographiques de Pierrevert en France, le grand frère de celles d’Essaouira, qui a clôturé sa 10e édition cet été, avec le grand Gérard Rancinan pour parrain.

«Le Maroc est un pays que j’aime tout particulièrement. Je voulais donner plus de visibilité aux jeunes Marocains sur la scène internationale, et ouvrir la porte au Maghreb, surtout artistiquement», confie Kossmann. Pour lui, l’objectif est de tisser des ponts. Le vainqueur de Pierrevert est, d’ailleurs, invité à Essaouira et inversement. «Je viens au Maroc avec une seule idée de partage, et pour montrer la qualité du travail des artistes locaux», continue-t-il.

Pendant ces quelques jours, le programme enchaînera les conférences, les expositions, des lectures de portfolio, des conversations et des projections en plein air grand public, sur la muraille de la place El Menzah. Des poids lourds sont attendus, comme le photographe de mode Jean-Daniel Lorieux, qui compte parmi les plus célèbres de sa génération. Il est connu notamment pour ses collaborations avec Vogue ou L’Officiel, et avec de grandes marques comme Dior, Céline ou Paco Rabanne.

Pour endosser le costume de parrain de cette 3e édition, l’événement a choisi Joseph Marando, d’origine italo-marocaine. Reporter-photographe et réalisateur de films documentaires, il prépare actuellement un film sur la médina de Fès, avec ses images collectées depuis les années 90. 

essaouira-art-photographie-049.jpg

L’événement a choisi Joseph Marando, d’origine italo-marocaine, pour endosser le costume de parrain de cette 3e édition. Reporter-photographe et réalisateur de films documentaires, il prépare actuellement un film sur la médina de Fès, avec des images collectées depuis les années 90 (Source: Joseph Marando)

En préambule de ces «nuits photographiques», un 2e opus du «Off Essaouira» s’organise du 28 septembre au 7 octobre. Il s’agit là d’un véritable terrain de rencontre à partir de différents parcours photographiques dans la cité des Alizés. L’objectif est ici de sortir de l’ombre les photographes locaux et nationaux et leur permettre de s’ouvrir à ce qui se fait ailleurs.

«Nous voulons montrer que la photographie est un art en tant que tel, et que ces jeunes artistes font des choses étonnantes», explique l’initiateur Stéphane Louesdon, installé dans la ville côtière marocaine. Sur la vingtaine de jeunes talents sélectionnés, 5 ont la chance d’être également parrainés.

«Les 2 parrainages cette année vont plus loin que l’exposition, puisqu’ils financent l’hébergement et les frais de tirages», ajoute le photographe. En tout, ce sont 11 lieux différents, entre cafés-boutiques, restaurants ou galeries, qui ont bien voulu jouer le jeu. «L’avantage du off est qu’il n’y a ni subvention ni institution impliquée, ce qui nous laisse plus de liberté», confie Louesdon.

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc