×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Cluster solaire: Le défi du coût et de la maturité technologique

    Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5338 Le 28/08/2018 | Partager
    Programme d’accompagnement du cluster solaire
    Financement partiel de projets pilotes
    obaid_amrane_038.jpg

    «Nous sommes au tout début d’une dynamique. De plus en plus d’entreprises marocaines se mettent au solaire au regard de ses multiples avantages. Une tendance qui devra s’accélérer avec le dispositif législatif incitatif en vigueur», tient à préciser Obaïd Amrane, secrétaire permanent du cluster solaire et membre du directoire de Masen (Ph. CS)

    Faible diffusion de la technologie, idées reçues, savoir-faire à consolider… ce sont là autant de contraintes qui freinent l’essor du solaire à concentration (CSP) à usage industriel. Pourtant, le potentiel est énorme: du tertiaire à la métallurgie, en passant  par l’agroalimentaire, l’automobile… Ses champs d’application sont multiples.

    Entretien avec Obaïd Amrane, secrétaire permanent du cluster solaire et membre du directoire de Masen.

    - L’Economiste: Où résident les contraintes liées au déploiement du CSP au Maroc?
    - Obaïd Amrane:
    Le solaire à concentration industrielle (CSP) est une technologie qui a prouvé son efficacité dans le cadre de grands projets solaires, mais elle reste moins connue et moins répandue pour les installations de petite taille. Un potentiel que nous essayons de maximiser à travers notre programme d’appui au CSP industriel. De manière générale, beaucoup d’industriels ne sont pas informés des économies d’énergie qui pourraient être réalisées grâce à des solutions de CSP pour des applications de chaleur, de froid ou de production d’électricité. Une étude, que nous menons actuellement, démontre que les secteurs de l’agroalimentaire, de la chimie, des matériaux de construction et du tertiaire sont particulièrement bien placés pour bénéficier de projets de CSP industriel. Pour lever les barrières, le cluster solaire propose un programme d’accompagnement complet en faveur des industriels. Ce dispositif comprend le financement partiel de projets pilotes, l'assistance technique dans le cadre de leur déploiement, des formations sur le CSP industriel ou encore la réalisation d’une enquête nationale permettant d’identifier les processus éligibles et de dimensionner les besoins des industries.

    - Qu’est-ce qui pourrait concrètement ralentir ce type d’installation dans les entreprises?
    - Il existe des contraintes et barrières qui peuvent ralentir le potentiel de déploiement de cette technologie sur le marché marocain telles que la perception du coût élevé, une maturité technologique en progression (une centaine de projets dans le monde), le savoir-faire national à consolider (conception, installation...) et  la faible diffusion de la technologie auprès des industriels (besoins en termes de températures, processus les plus adaptés tels que la production de vapeur ...). S’y ajoutent les idées reçues souvent erronées (superficie importante à mobiliser pour le déploiement de la mini-centrale indépendamment du dimensionnement…).

    -  Avez-vous des estimations sur le nombre d’entreprises qui pourraient se mettre à l’énergie solaire à court terme?
    - Nous sommes au tout début de cette dynamique. De plus en plus d’entreprises marocaines se mettent au solaire au regard de ses avantages prouvés. Une tendance qui devra s’accélérer avec le dispositif législatif incitatif en vigueur. C’est également le cas pour le marché des «corporate PPAs» (achat direct d’électricité de source renouvelable par des entreprises), en pleine expansion dans le monde, qui pourra également bénéficier de l’ouverture du marché prévue par la loi 13-09.

    -  Quel est le potentiel de l’application de cette technologie dans le tertiaire?
    - Le secteur tertiaire représente un grand potentiel de déploiement de cette technologie au regard des besoins en chaleur et en vapeur, pour les hôpitaux à titre d’exemple (stérilisation…) ou encore les  hôtels (blanchisserie, eau chaude...). Les applications du solaire CSP à petite échelle peuvent fournir des solutions de chaleur ou de froid particulièrement adaptées à certaines activités tertiaires. Leur caractère modulable les rend adaptables à différentes configurations (toitures, sols, etc.).

    - Outre l’accompagnement de la Banque mondiale, y a-t-il d’autres formes de soutien prévues par le cluster solaire?
    - Le cluster est une plateforme créée par l’industrie pour l’industrie. Nous œuvrons pour le développement et la promotion des technologies solaires, que ce soit à travers des programmes financés par nos partenaires tels que la Banque mondiale ou à travers des projets collaboratifs à la demande de nos membres. Ce type de projet peut être également accompagné dans le cadre de notre appel à projets Fast track to market (FT2M). Un dispositif de co-financement et de soutien technique pour la mise en place de projets pilotes innovants en matière d’énergies renouvelables, portés par nos membres.

    80 membres déjà!

    En 2014, les acteurs de l’écosystème des énergies renouvelables, notamment Masen, les fédérations professionnelles et les industriels, ont mis en place le cluster solaire. Sa mission consiste à accompagner le développement d’une industrie locale compétitive. Le cluster s’est engagé à mettre en réseau les différents acteurs de la filière, maximiser leurs synergies, améliorer la productivité des entreprises, accroître leur capacité d’innovation et développer leurs compétences. Aujourd’hui, il compte 80 membres actifs et des partenaires de renom. Le cluster a également développé la première plateforme B2B au Maroc «Morrocan Green Business Network» regroupant plus de 300 acteurs industriels des énergies renouvelables (EnR). Par ailleurs, le cluster a accompagné le développement de plus de 15 projets industriels et incubé plus de 30 start-ups opérant dans les EnR et les greentech.
    Parmi ses projets en cours visant le développement des marchés applicatifs, une plateforme de test des chauffe-eau solaires en partenariat avec le Centre d’études et de recherches des industries métallurgiques, mécaniques, électriques et électroniques, un projet de labellisation des installateurs photovoltaïques en partenariat avec l’Amisole, et des programmes de formation autour des  marchés applicatifs tels que les PV en autoconsommation, le solaire thermique…

    Propos recueillis par Aziza EL AFFAS

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc