×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Migration: Nouvelle errance pour l'Aquarius en Méditerranée

    Par L'Economiste | Edition N°:5334 Le 15/08/2018 | Partager
    141 migrants à bord du navire
    L'Europe face à ses contradictions
    aquarius-034.jpg

    Le 1er août l'Aquarius a repris la mer, se disant «renforcé» dans ses «convictions» après la crise suscitée en juin. Pour sa première mission de sauvetage depuis son dernier voyage, le navire secourt 141 migrants en mer Méditerranée. (Ph.LSB)

    L'Aquarius patiente une nouvelle fois en mer. Deux mois après avoir suscité une intense crise diplomatique, le navire recherche à nouveau un port d'accueil en Méditerranée. La situation met à nouveau l'Europe face à ses contradictions. Vendredi, le bateau a secouru au large de la Libye 141 migrants, dont une moitié de mineurs et plus d'un tiers de femmes, essentiellement originaires de Somalie et d'Erythrée.

    Hier mardi, le navire se trouvait entre Malte et l'île italienne de Lampedusa avec 141 migrants à bord. Malte et l'Italie ont refusé d'accueillir l'embarcation. L'Espagne, qui avait accueilli le bateau en juin dernier lors de sa dernière errance, rechigne à se proposer à nouveau.

    «L'Espagne n'est pas le port le plus proche», a déclaré à l'AFP une source gouvernementale espagnole. La France estime elle aussi que ses ports ne sont pas les plus proches. Va-t-on assister à une nouvelle crise diplomatique entre pays européens comme en juin dernier?

    La situation est «en contradiction la plus totale avec le droit maritime international», juge Sophie Beau, présidente de l'ONG européenne SOS Méditerranée, appelant l'ensemble des pays européens à prendre leurs responsabilités.

    En juin dernier, le navire affrété par les ONG SOS Méditerranée et Médecins sans frontières avait erré pendant une semaine, faute de ports où accoster. Avec plus de 600 migrants à bord, il avait essuyé le refus de Malte et de l'Italie, dont le ministre de l'Intérieur (Matteo Salvini) faisait un point d'honneur de son refus d'accueillir de nouveaux migrants. Il a fallu attendre que l'Espagne ouvre le port de Valence pour qu'enfin l'odyssée s'achève.

    Pour compliquer la position de l'Aquarius, Gibraltar a annoncé qu'il allait retirer son pavillon au navire après lui avoir demandé de suspendre ses activités de sauvetage, pour lesquelles il n'est pas enregistré dans le territoire britannique. L'Aquarius a en effet été enregistré en 2009 à Gibraltar en tant que navire de recherche, explique Gibraltar.

    M.K. avec agences

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc