Entreprises

Centrale Danone poursuit sa campagne de consultation

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5332 Le 09/08/2018 | Partager
Objectif: aboutir à un prix de commercialisation juste et équitable de son lait
L’occasion aussi pour les éleveurs et commerçants de soulever leurs problèmes

Centrale Danone compte beaucoup sur sa campagne de consultation «Ntwasslou w Nwasslou» pour dépasser la crise dans laquelle elle se trouve depuis le lancement de la campagne de boycott. Danone figure parmi les trois groupes ciblés par cette campagne de boycott. Après Marrakech et Casablanca, la campagne «Ntwasslou w Nwasslou» a fait escale à Rabat.

L’évènement s’est déroulé dans une salle d’un hôtel de la capitale en présence d’un public nombreux composé notamment d’agriculteurs éleveurs qui travaillent avec Centrale Danone, de commerçants et de consommateurs via certaines associations. «Jusqu’à présent nous n’avons pas encore d’idée sur le prix qui sera appliqué au lait frais pasteurisé produit par le groupe», a précisé d’emblée Abdeljalil Lakaimi, porte-parole officiel de Centrale Danone.

Il a toutefois tenu à rappeler l’engagement de son groupe de renoncer à sa marge bénéficiaire estimée à 7 centimes par demi-litre. «A travers ces rencontres, regroupant l’ensemble des intervenants de la filière, notre objectif est d’aboutir à un prix juste et équitable de commercialisation du lait frais pasteurisé», ajoute-t-il. En plus de ces rencontres, un site, sous forme de plateforme électronique www.natwaslo.com, est opérationnel pour accueillir les propositions des internautes.

Pour le moment, 500 propositions ont déjà émané de plusieurs sources, indique le groupe. A cela, s’ajoute la page Facebook officielle de Centrale Danone qui permet aux internautes de suivre les différentes étapes de cette campagne de consultation.

L’escale de Rabat a également permis au public de soulever d’autres interrogations en rapport avec le processus de production du lait. Une partie des intervenants ont pointé la qualité du produit qui ne ressemble plus à celle des années 70. Sur ce point, le porte-parole officiel de Centrale Danone rappelle que le lait frais pasteurisé est produit par son groupe en respectant les normes et la réglementation en vigueur au Maroc.

Par exemple, pour les matières grasses, la norme exige 30g pour avoir un litre de lait frais pasteurisé. Des critiques ont été également adressées par un représentant des commerçants au niveau de la région de Rabat. Ce dernier a rappelé les multiples doléances adressées avant la campagne de boycott à Centrale Danone en vue de revoir la marge de bénéfice des commerçants jugée dérisoire. Sur ce point, il a constaté un certain favoritisme pratiqué par le groupe envers les grandes surfaces.

Signalons par ailleurs qu’après Rabat, la campagne va faire escale à Meknès avant de prendre fin à Agadir ce jeudi.

La parole aux éleveurs

LA rencontre de Rabat a été marquée par la présence de certains éleveurs qui travaillent avec Centrale Danone notamment au niveau de la région de Settat. La majorité d’entre eux ont soulevé la dégradation continue de leur situation matérielle et sociale depuis le lancement de la campagne de boycott. Car, ils n’arrivent plus à vendre à Danone la totalité du lait produit, ce qui pourrait ruiner les éleveurs engagés dans des crédits. Pour rappel, le prix de vente du lait à Danone est de 3,5 DH le litre. Un prix qui convient à une bonne partie des éleveurs qui fournissent Centrale Danone. «En plus de certains avantages accordés par le groupe, on peut lui vendre la totalité de notre production ce qui n’est pas le cas avec d’autres opérateurs», avance la majorité des éleveurs présents à la rencontre de Rabat.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc