Analyse

Culture de l'oignon: Comment Fès-Meknès est devenue championne

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5331 Le 08/08/2018 | Partager
La région réalise 54% de la production nationale, soit 455.820 tonnes
La formule NPK Blend utilisée permet d’accroître les rendements
Des petits agriculteurs exportent en Mauritanie, Sénégal et Mali
culture-de-loignon-031.jpg

L’oignon est l'une de ces plantes condimentaires incontournables dans notre cuisine. La région Fès-Meknès est championne nationale dans cette culture. Elle réalise 54% de la production nationale, soit 455.820 tonnes sur les 900.000 (Ph. YSA)

C’est la récolte chez les producteurs d’oignons de la région Fès-Meknès. Après quatre mois de labeur, ces derniers s’apprêtent à cueillir les fruits d’un travail acharné et préparer le sol à d’autres cultures. Ce, en respectant le principe de rotation. Pour réussir sa récolte, il faut garantir l’ensemble des facteurs de production (climat, travail de la terre, engrais, lutte contre les maladies…etc).

A noter que les oignons doivent être binés très régulièrement jusqu’à ce que les bulbes soient bien formés. Arrosez quand le temps se montre avare en pluie jusqu'à la formation des bulbes. Au fur et à mesure qu’il grandit, l’oignon a de moins en moins besoin d’eau. Il continue sa croissance après sa cueillette. Retour sur une culture qui fait de la région Fès-Meknès, une championne nationale.
 
■ La province d’El Hajeb remporte tous les suffrages
En ce mois d’août, les oignons d’été, appelés aussi les oignons rouges de Doukkala (à noter que les blancs de Fès ont été déjà récoltés vers fin juin) sont prêts à la récolte. Leur feuillage commence légèrement à jaunir. «Il faut alors les arracher et les laisser se ressuyer au soleil 7 ou 15 jours», explique Hamid Tichout, un petit producteur (11ha) de la Commune rurale de Laqsir à Ain Taoujdate (province d’El Hajeb).

Ce dernier recevait, le 31 juillet, Abderrahim Boukdam, ingénieur agronome du groupe OCP, ainsi que d’autres responsables du Groupe (ils viennent 2 à 3 fois par mois). En raison, une partie de ses terres (1ha) est utilisée comme plateforme de démonstration agricole. Et, il y a 5 plateformes de ce genre au niveau d’Aïn Taoujdate. «Hamid est un agriculteur «novateur». Il bénéficie de l’accompagnement du groupe OCP en matière d’engrais et de nouvelles formules», souligne Boukdam.

Selon lui, les plateformes de démonstration agricole sont mises en place par le groupe avec ses partenaires distributeurs afin d’accompagner l’agriculteur dans le choix du bon engrais en compatibilité avec les recommandations de la carte de fertilité des sols développée par le consortium scientifique (INRA, IAV, ENA Meknès).

«Dans le cadre de la vulgarisation des bonnes pratiques agricoles et de la fertilisation raisonnée, le Groupe OCP met en œuvre un dispositif d’accompagnement complet au service de l’agriculteur marocain», indique l’agronome. Ainsi, les plateformes de démonstration agronomiques font partie intégrante du dispositif d’accompagnement et visent à encourager l’agriculteur à adopter les formules NPK Blend et les meilleures pratiques agricoles.

«Nous l’accompagnons pour acquérir les meilleures pratiques agricoles et adopter les solutions fertilisantes les plus adaptées à son sol et à sa culture», renchérit le responsable de l’OCP.
 
 

oignon-culture-031.jpg

Grâce à la formule NPK fournie par le groupe OCP, Hamid Tichout (à droite) a vu sa production d’oignons grimper de 10 à 15%. Cette année, il récoltera, avec son fils Adnane (à gauche) 75 à 80 tonnes/ha. Ceci, grâce aux conseils de proximité, assurés par Abderrahim Boukdam (au centre), ingénieur agronome du groupe OCP (Ph. YSA)

■ L’OCP offre son expertise gratuitement
Le dispositif de proximité d’OCP est un programme agile et multimodal. Il vise à former les agriculteurs et à les assister à adopter les meilleures pratiques agricoles. «Le groupe offre aux agriculteurs novateurs une formule gratuite, des essais et un accompagnement approprié».

Ce dispositif, porté par les ingénieurs agronomes dédiés du groupe, comprend, entre autres, un laboratoire mobile d’analyse de sol, eau et plantes, des plateformes de démonstration, des formations et séminaires aussi bien sur les pratiques agricoles que les techniques de gestion. Le but étant d’encourager à adopter davantage les formules d’engrais adaptées.

Le Groupe OCP a lancé durant la saison 2018 des démonstrations pour pas moins de 300 parcelles. Il est à noter que ces démonstrations agronomiques ont déjà touché de nombreuses parcelles et ce, pour les différentes formules NPK Blend dans 7 régions du royaume. Ils ont principalement concerné les céréales, les légumineuses, l’olivier, la pomme de terre et les oignons. Et les résultats sont très probants.

«Avec l’utilisation des formules NPK, la production peut augmenter de 10 à 15%, offrant également aux cultivateurs des oignons de qualité avec un calibre très imposant», atteste Hamid Tichout. Et de poursuivre: «Pour un coût de production de 35.000DH/ha, je récolte entre 75 et 80 tonnes d’oignons/ha qui est vendu entre 1.200 et 1.500 DH/T… Ma production est écoulée au Maroc, mais aussi en Mauritanie, Sénégal et Mali».

«Voyez-vous, l’oignon fait aussi pleurer de bonheur…en référence à sa rentabilité», dit-il.

repartion_production_031.jpg

La région Fès-Meknès réalise 54% de la production nationale, soit 455.820 tonnes (en 2016-2017) sur les 900.000. En termes de superficie de production, celle-ci atteint 9.522 ha, soit 33% de la superficie totale nationale (27.073 ha). La filière arrive en 2e position après la pomme de terre, avec une superficie moyenne annuelle de 33.000 ha

Un festival des oignons en octobre

Le Festival national des oignons d’El Hajeb célébrera en octobre prochain sa 5e édition. Cet évènement se veut un rendez-vous annuel «incontournable» pour les professionnels du secteur et pour les agriculteurs. Il a pour ambition de créer une dynamique pour le développement de la filière oignon. Il se veut également un espace d’information et d’échange, notamment autour de l’importance de la filière aux niveaux national et régional, des options d’amélioration de la conservation des oignons ainsi que les maladies affectant le produit et les traitements appropriés. Cette 5e édition sera marquée par l’organisation d’une journée scientifique ainsi qu’un salon où seront exhibées les productions des différentes régions. Signalons enfin que l’oignon est cultivé essentiellement au niveau des régions de Fès-Meknès, Casablanca-Settat, Béni Mellal-Khénifra, Marrakech-Safi, Tanger-Tétouan-Al Hoceima et l’Oriental. En chiffres, le secteur procure près de 5 millions de journées de travail, soit l’équivalent de 18.000 emplois permanents.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc