×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    RAM: Toute la saison estivale compromise!

    Par Amin RBOUB | Edition N°:5327 Le 02/08/2018 | Partager
    Plus de 100 vols annulés!
    Aucune visibilité sur le retour à la situation normale
    Sajid, ministre en charge de la RAM, est au pèlerinage

    Rien ne va plus chez Royal Air Maroc! La situation se complique encore plus et la tension monte d’un cran auprès des pilotes de ligne et des passagers dont les vols sont reportés ou annulés chaque jour. «Nous n’avons aucune visibilité sur le dénouement de cette situation.

    En attendant, nous gérons les plannings au jour le jour», confie à L’Economiste une source proche du management.

    Les annulations se poursuivent et dépassent une centaine de vols en 14 jours, depuis le début de ce bras de fer entre l’AMPL et la direction de la compagnie. Il faut compter en moyenne une dizaine d’annulations par jour depuis le 18 juillet dernier. 

    Pour l’heure, il n’y a pas de visibilité et les annulations risquent de se poursuivre tout au long de la saison estivale (jusqu’à fin août). Difficile de faire une évaluation précise du manque à gagner généré par les perturbations des programmes, explique un haut cadre. Mais une chose est sûre, les pertes sont énormes. Au cas où le bras de fer se poursuivrait tout au long de la saison estivale, la situation sera catastrophique et les pertes considérables pour la trésorerie de la compagnie.

    Ceci étant, les équipages continuent de se plaindre de la surcharge de travail, du volume des plannings de vols et du sous-effectif en pleine haute saison.

    Le contexte de ce mouvement intervient, rappelons-le, en plein démarrage de l’opération pèlerinage, le retour des MRE, les arrivées de touristes étrangers, les voyages de vacanciers ou encore les départs des étudiants pour les inscriptions dans des écoles et universités étrangères.

    Face à la multiplication des annulations, la colère des passagers atteint son paroxysme et intensifie le cafouillage dans les aéroports devant un personnel dépassé par les évènements. Devant cette impasse, le personnel de RAM vaque au plus urgent. Des instructions fermes sont données pour «réduire les désagréments des passagers».

    Une cellule veille à informer les clients des annulations et/ou reports à l’avance tout en proposant des solutions via le site.  De plus, les équipes au sol prennent les «dispositions réglementaires», notamment la prise en charge des passagers, l’hébergement, la restauration, le transport terrestre en cas d’annulation du vol.

    «Nous proposons aussi le report de la date du vol ou le remboursement pour les passagers qui ne sont pas en mesure de reporter le voyage, lorsque le vol est annulé à la dernière minute», explique-t-on auprès de RAM. Et d’ajouter: «l’opération hajj 2018 n’est pas menacée puisque l’ensemble des appareils sont affrétés».

    Jusque-là, toutes les réunions tenues entre le management et les pilotes, pour désamorcer la crise, auront été infructueuses.

    Faute d’un accord, la compagnie est contrainte d’affréter dans l’urgence des avions à des prix excessifs, de faire appel à des pilotes réservistes, de rembourser les passagers ou encore indemniser les retards, héberger des clients, assurer les vols en continuation (transit) vers l’Afrique. Sans oublier les surcoûts induits par les avions cloués au sol.

    Pour parer au plus urgent, la compagnie fait appel à des pilotes réservistes. Pour autant, cela ne résout pas le problème des effectifs. La plupart des réservistes refusent «la réserve», terme du jargon qui désigne la permanence. Autrement dit, le plan B est parfois quasiment inexistant.

    Sacré coup pour l’image de marque!

    Certes, aujourd’hui les pertes sont considérables. Sauf coup de théâtre, la facture sera salée d’ici fin août. Pire encore, les pertes sont énormes en termes d’image de marque. Ce qui risque d’avoir des conséquences fâcheuses sur l’avenir de la compagnie, surtout la commercialisation des billets et les ventes pour les mois à venir. Pour l’heure, les passagers préfèrent aller voir ailleurs....

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc