Régions

Investissement/Guelmim Oued Noun: Eolien et cactus en pôle position

Par Sabrina BELHOUARI | Edition N°:5326 Le 01/08/2018 | Partager
Des secteurs à fort potentiel de développement qui intéressent de nombreux pays
Des rencontres B to B entre des investisseurs internationaux, le CRI et l’AMDI

Le soleil et le cactus de la région Guelmim Oued Noun séduisent les investisseurs internationaux. C’est ce qui ressort de la récente visite d’une délégation d’hommes d’affaires venus découvrir la région en marge de la troisième édition de la Green Invest Conference, organisée récemment dans le cadre du Moussem de Tan Tan.

La région en a profité pour présenter ses atouts, en misant sur les secteurs phares: l’Aquaculture, la pêche, l’industrie agro-alimentaire, et les énergies renouvelables. «Lors de la rencontre B to B qui a été organisée au profit des investisseurs et avec la participation du CRI de Guelmim Oued Noun et la présence de l’Agence Marocaine de Développement des Investissements et des Exportations (AMDI), un intérêt particulier a été manifesté pour le secteur des ER et de celui de la filière cactus», remarque Youssef Atarguine directeur du Centre régional d’investissement (CRI) de Guelmim-Oued Noun.

Ces deux filières ont en effet un grand potentiel de développement. Disposant d’une façade maritime longue de 240 km qui enregistre des vents d’une vitesse moyenne annuelle de 10 m/s, l’éolien est promis à un bel avenir. Idem pour l’énergie solaire au niveau de la province d’Assa Zagu. Bien que la région ne figure pas dans le plan national de développement des ER, celle-ci mise sur l’investissement privé.

Les hommes d’affaires chinois ont d’ailleurs manifesté beaucoup d’intérêt pour le secteur des énergies renouvelables, et en particulier le photovoltaïque. Avec 80.000 ha de surfaces cultivées, la filière cactus est une filière à très haute valeur ajoutée, aussi bien pour ses fruits frais que pour les produits dérivés dont sa fameuse huile des graines, fort demandée dans la cosmétique.

Concernant les secteurs de la pêche et de l’aquaculture, les atouts de la région sont importants. Pour le secteur de l’aquaculture, deux plans aquacoles sont prévus pour la région. Il s’agit du plan aquacole de Sidi Ifni, dont l’appel d’offre international a été émis cette année, et du plan aquacole de Tan Tan, qui est en cours d’élaboration. Ainsi, avec 72 unités de production dédiées à l’élevage de coquillages et de poissons, qui seront mises à disposition pour la création de fermes aquacoles dans la province de Sidi Ifni, la zone du littoral de Sidi Ifni est vouée à un avenir brillant.

De son côté, le littoral de Tan Tan présente un grand potentiel pour les investissements dans le secteur de la pêche et de l’aquaculture. Ainsi, les investisseurs chinois, émiratis, espagnols et français ont pu s’enquérir des potentialités économiques de la région, les infrastructures, les ressources humaines et surtout des subventions et appuis financiers mis à disposition pour l’investissement dans la région.

«Cette rencontre est un point de départ pour montrer les potentialités de la région et accrocher ces investisseurs afin d’engager dans l’avenir d’autres séances de travail plus approfondies», note Atarguine.

L’entrepreneuriat mise sur les jeunes et le développement social

Pour rappel, la région de Guelmim Oued Noun a atteint en 2017 un taux de création d’entreprises de 110%. En outre, plus de 53% du total de l’enveloppe financière approuvée par le CRI de la région en 2017, d’une valeur totale de 1 milliard de DH, a été alloué aux projets se situant dans la province de Tan-Tan. L’objectif du CRI de Guelmim Oued Noun est de favoriser les projets à fort impact économique et social, avec un focus sur la jeunesse, fortement représentée dans la région.

De notre correspondante permanente, Sabrina BELHOUARI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc