×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Enfin, la victoire pour des Soulaliyates

    Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5326 Le 01/08/2018 | Partager
    1.430 femmes de Kénitra ont bénéficié d’un lot de terrain au même titre que les hommes
    La bataille de l'Association démocratique des femmes du Maroc donne ses fruits
    Mobilisation tous azimuts pour généraliser cette pratique dans les autres régions
    femmes-soulaliyates-026.jpg

    Les femmes Soulaliyates de la tribu Ouled-Mbarek savourent leur victoire après un combat continu depuis 2007 pour consacrer l’égalité avec les hommes (Ph. ADFM)

    La semaine dernière, c’était la fête pour les femmes soulaliyates de la région de Kénitra. Après un long combat, elles ont pu enfin consacrer le principe de l’égalité avec les hommes dans le droit d’exploitation des terres collectives et des bénéfices qu’elles génèrent.

    Ainsi, la semaine dernière a été marquée par deux importantes réalisations consacrant ce principe d’égalité.  La première concerne la tribu d’Ouled Mbarek dont environ 1.430 femmes soulaliyates ont bénéficié, au même titre que les hommes, de lots de terrains d’une superficie de 70 m2.

    «Il s’agit de la grosse opération réalisée dans ce sens au niveau de la région du Gharb», se félicite Saida Drissi, présidente de l’ADFM, bureau de Rabat. Fortes de ce succès, les bénéficiaires n’hésitent cependant pas à signaler l’écart en termes de valeur entre leur terre cédée à un opérateur public avec celles où se trouvent les lots distribués.

    Cette consécration d’égalité entre femmes et hommes a été également observée lors de la distribution d’une indemnité financière au profit des membres de la tribu de Ben Mansour, suite à une opération de cession de terrains.

    La même somme, soit 6.300 DH, a été accordée aussi bien aux femmes qu'aux hommes de cette tribu, précise Drissi. En plus de la mobilisation des femmes soulaliyates, cet exploit revient également aux efforts déployés par le ministère de l’Intérieur en tant que département de tutelle sur les terres collectives, reconnaît-elle.

    A ce titre, la responsable de l’ADFM rappelle la circulaire numéro 17 du 30 mars publiée par la direction des affaires rurales du ministère de l’Intérieur. Un texte qui clarifie davantage ce principe d’égalité, entre les hommes et les femmes d’une tribu, dans le droit de l’usufruit et des bénéfices des terres collectives.

    Il y a un autre élément qui a contribué à cette consécration au niveau de cette région, indique Drissi. La mobilisation des femmes a permis à certaines soulaliyates de devenir des naïabats au sein du conseil des nouabs. Une structure monopolisée auparavant par les hommes. 

    Cette représentativité des femmes soulaliyates va donc favoriser la consécration de cette égalité au sein de la tribu. Actuellement, on compte 22 naîbats au niveau de la région de Kénitra, indique la responsable de l’ADFM. Mais pour l'organisation patronale, beaucoup de travail reste encore à faire dans ce sens, car la discrimination envers les femmes soulaliyates est encore pratiquée dans d’autres régions.

    Par exemple dans certaines tribus de l’Oriental, la liste des femmes bénéficiaires est limitée uniquement aux veuves et divorcées, et les autres sont purement exclues, est-il expliqué. 

      

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc