×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

UE-USA: Le bras de fer se poursuit

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5323 Le 26/07/2018 | Partager
Rencontre Trump-Juncker sous tension à la Maison-Blanche
Les taxes sur l'automobile au cœur de la polémique
commerce_ue_usa.jpg
 

La rencontre entre le président américain Donald Trump et le chef de l'exécutif européen Jean-Claude Juncker était prévue hier mercredi 25 juillet en fin d’après-midi. Avant la réunion, Juncker s’est dit: «pas très optimiste à l’issue des discussions». «Si nous arrivons à des droits de douane américains sur l'automobile européenne, alors l'UE devra prendre des mesures de rétorsion (...). Nous sommes en mesure de répondre de manière adéquate et immédiate», a-t-il mis en garde.
Le bras de fer s’annonce rude. D’autant plus que l’administration vient d'annoncer une aide d'urgence de 12 milliards de dollars destinée aux agriculteurs touchés par les représailles aux tarifs douaniers décrétés par Washington visant la Chine, l'Union européenne ou encore le Canada. En l'absence de concessions de la part de Bruxelles, Donald Trump continue ses menaces. Il veut ainsi imposer des droits de douane sur les importations de voitures européennes. Ce qui inquiète particulièrement l'Allemagne, où ce secteur clé emploie quelque 800.000 personnes.
A la veille de la rencontre, le locataire de la Maison-Blanche a une nouvelle fois dénoncé l'attitude de l'Europe. Il a promis de défendre les intérêts de l'Amérique lors de sa rencontre avec le président de la Commission européenne.
D'un tweet, Trump a de nouveau ironisé, comme il l'avait déjà fait au G7, sur le manque d'audace présumé des partenaires des Etats-Unis. Il a au fait proposé que tout le monde abandonne «tous les tarifs douaniers, les barrières non-tarifaires et les subventions». Mais l'approche est loin de faire l'unanimité dans le camp républicain, traditionnellement favorable au libre-échange. «Je ne pense pas que les tarifs douaniers soient la bonne réponse», a lancé le chef des républicains à la Chambre des représentants, Paul Ryan.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]e.com
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc