×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Développement durable: Le FEC décroche un prêt de l’AFD

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5323 Le 26/07/2018 | Partager
Un contrat de plus de 1,1 milliard de DH
La ligne de crédit est assortie d'une subvention de 1 million d'euros
developpement_durable.jpg
 Le volume des prêts engagés par le FEC en 2017 a atteint 5,6 milliards de DH. Avec 49% du volume total des engagements, soit un montant de 2,7 milliards de DH, les conseils provinciaux et préfectoraux dominent la structure des engagements au titre de l’année 2017, suivis des conseils régionaux (30%), des communes (18%) et de l’établissement de coopération intercommunale (3%)

Le Fonds d’équipement communal (FEC) et l’Agence française de développement (AFD) viennent de signer un contrat de prêt pour un montant global de 100 millions d'euros (environ 1,1 milliard de DH). La signature du contrat de prêt a eu lieu le 17 juillet dernier à Rabat. «L’accord vise à accélérer le financement de projets d’investissements locaux qui contribueront à favoriser la croissance durable et solidaire des collectivités territoriales marocaines», explique Kamal Layachi, DG par intérim du FEC. Il s’agit d’une opération pionnière dans la mesure où l’accord repose sur une approche innovante, combinant à la fois les dimensions financière et technico-économique. La ligne de crédit est assortie d'une subvention de 1 million d'euros pour l'assistance technique des collectivités territoriales en matière de planification et de financement de projets à haut potentiel de développement durable. Elle est destinée à contribuer au renforcement des capacités techniques et de l’expertise du FEC en matière environnementale et sociale. L’assistance technique prévoit également la consolidation des capacités financières et opérationnelles des collectivités territoriales à travers notamment le partage d’expériences et des meilleures pratiques de développement territorial, l’appui à la gestion des risques environnementaux et sociaux et la maîtrise d’ouvrage de projets novateurs dans des secteurs résilients au changement climatique. La nouvelle ligne de crédit contribuera également à accompagner la transition écologique des territoires à un moment où le Maroc affiche des ambitions fortes en matière de développement durable. Rappelons que le Maroc ambitionne de réduire de 13% ses émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2030.
En tant que banque dédiée au secteur public local, le fonds joue un rôle crucial dans un contexte de montée en puissance des besoins des collectivités territoriales en infrastructures et équipements fortement capitalistiques. La mise à disposition de ces prêts ouvre des perspectives prometteuses de croissance de son activité. La banque devra saisir les nombreuses opportunités de cette dynamique, en développant davantage sa relation avec les collectivités territoriales et en renforçant sa compétitivité et son attractivité à travers l’adaptation de son cadre d’intervention aux besoins exprimés par les différentes catégories de circonscriptions administratives. Le FEC est, par ailleurs, appelé à s’inscrire dans une dynamique de croissance soutenue afin de répondre aux nouveaux défis dictés par la mise en marche de la régionalisation avancée. L’approche devrait se faire en articulation avec les politiques publiques de développement et en synergie avec l’ensemble des acteurs institutionnels, économiques et financiers intervenant dans le développement territorial.

44 projets locaux

Le bras financier de l’Etat français, l’AFD, est un acteur central de la politique de développement de l’Hexagone. L’agence s’engage sur des projets «qui améliorent concrètement le quotidien des populations». Elle est présente dans 109 pays via un réseau de 85 agences, dont celle de Rabat. L’agence accompagne 44 projets au Maroc, sur les 3.600 projets en portefeuille.

La mise en œuvre des lois organiques relatives à la régionalisation avancée réaffirment le principe de transfert corrélatif de compétences et de ressources aux collectivités territoriales (régions, provinces, préfectures, communes). Celles-ci confèrent une plus grande autonomie de décision et d’action aux circonscriptions administratives et les incitent à une gouvernance territoriale et financière responsable, basée notamment sur l’amélioration de leurs règles de fonctionnement et de gestion. Ces lois les obligent à élaborer des programmes intégrés de développement régionaux, préfectoraux et provinciaux ainsi que des plans d’action communaux. Dans un contexte où la gestion des ressources financières des collectivités territoriales (CT) est régulièrement pointée du doigt par la Cour des comptes, le fonds a durci ses règles d’octroi de financement. Pour Kamal Layachi, le recours à l’emprunt doit impliquer un intérêt social et économique pour la collectivité, la rationalisation des dépenses et l’amélioration du recouvrement des recettes ainsi que le paiement des échéances dans les délais impartis. L’institution compte contribuer ainsi à l’amélioration de la gouvernance locale. En 2017, le volume des prêts engagés par le fonds a atteint un niveau record de 5,6 milliards de DH, en évolution de 85% par rapport à 2016. L’an dernier, le dépassement des prévisions était d’environ 26%. Les prêts engagés ont porté sur le financement de 62 projets couvrant 9 secteurs d’intervention.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc