Culture

Une maison-musée pour raconter l'histoire de Tétouan

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5322 Le 25/07/2018 | Partager
• Une ancienne demeure transformée en espace d’exposition
Elle retrace Tétouan à travers peintures, posters et cartes postales
maison_musee.jpg
Au cœur de la médina de Tétouan, l’espace culturel abrité par l’ancienne demeure des El Oddi est un véritable hommage à la mémoire iconographique de ville de la Colombe blanche (Ph. Adam)

A la médina de Tétouan, l’histoire ne se raconte pas, elle se vit. Chaque pas le long de ses ruelles est une immersion dans l’histoire d’une des plus anciennes cités du pays. Et c’est un pan de cette histoire que Jalal El Oddi, un natif de la ville actuellement retraité, a voulu mener à terme. «L’idée de créer un espace culturel dédié à l’histoire de Tétouan à travers l’image m’est venue à l’esprit il y a quelques années quand je me suis aperçu, à travers plusieurs lectures, que je connaissais peu l’histoire de ma ville», avoue Jalal El Oddi, promoteur du projet. Une méconnaissance due au fait qu’il avait quitté Tétouan à l’âge de 17 ans pour poursuivre ses études. Pour mener à terme son idée, El Oddi a investi dans la maison de ses grands parents dans la médina de Tétouan. Après un long travail de restauration qui a duré plus de deux ans, il a ouvert l’espace El Oddi, un musée dédié à l’histoire de la ville.
La maison-musée se retrouve au cœur de la ville, dans la ruelle d’Amahli. Un labyrinthe de passages y mène au sein de la médina de Tétouan, classée patrimoine mondial de l’Unesco.
L’ancienne demeure abrite une exposition permanente d’images de la ville, couvrant une large période allant de 1525 à 1955. Elle dispose de différentes salles dont une dédiée aux peintures retraçant la ville avec des reproductions autorisées, mais aussi certains originaux dont un tableau signé Bertuchi. Elle compte aussi avec des originaux de cartes postales, une collection de timbres à l’effigie de la ville et des posters touristiques de l’époque du protectorat mis en scène dans une maison restaurée datant du siècle dernier. 
«J’espère vivement que cet espace soit un exemple pour la récupération du patrimoine architectural de la ville, notamment des dizaines de maisons traditionnelles de l’ancienne médina qui tombent en ruines», affirme Jalal El Oddi.
Mais au-delà du travail de la restauration de la demeure se cache un travail encore plus long de recherche et de collection des pièces que le centre El Oddi accueille, une tâche

maison_musee1.jpg
Pour Jalal El Oddi, le musée abrité par la demeure de ses anciens parents est un tribut à la ville de ses parents et grands-parents, Tétouan, et à son histoire (Ph. Adam) 

dans laquelle le promoteur du projet a été épaulé par sa famille et qui a nécessité un investissement de 6 millions de DH et de près d’une dizaine d’années.
Dans sa traque des images de Tétouan, Jalal El Oddi est parti jusqu’en Nouvelle Zélande, où un musée disposait de deux gravures du XVIIe siècle montrant la ville vue de loin.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc