Competences & rh

Passage de témoin à l’Université de Fès

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5321 Le 24/07/2018 | Partager
Redouane Mrabet remplace Omar Assobhei
Le nouveau président table sur la numérisation
universite_fes.jpg
Redouane Mrabet (au centre) succède à Omar Assobhei (à droite)  à la tête de l’Université Sidi Mohammed Ben Abdallah de Fès. Le nouveau président a été installé par Saïd Amzazi (à gauche), ministre de l’Éducation nationale (Ph.YSA)

L’Université Sidi Mohammed Ben Abdallah de Fès (USMBAF) a désormais un nouveau président. Il s’agit de Redouane Mrabet qui succède à Omar Assobhei au terme d’un mandat de 5 années. La cérémonie d'installation a été présidée par Saïd Amzazi et Khalid Samadi, respectivement ministre de l'Éducation nationale et secrétaire d’État chargé de l'Enseignement supérieur. 
«L’université marocaine doit relever plusieurs défis sur les plans de la formation, de la recherche et de la gouvernance. Dans ces missions, le rôle central est joué par la présidence de l’université qui devrait mettre en œuvre des stratégies et approches susceptibles de contribuer à la formation du citoyen de demain», souligne Saïd Amzazi. «Tout le pari réside dans la capacité des formations d’accompagner les grands projets structurants de notre pays, ce qui implique une recherche scientifique plus organisée et structurée», renchérit le ministre. 
En effet, l’université est appelée à anticiper les besoins des métiers de demain dans le développement de ses programmes de formation, de manière à doter les étudiants des outils et des connaissances nécessaires pour faciliter leur intégration sur le marché du travail. Endiguer le chômage en répondant, à travers des formations de qualité, aux besoins du marché de l’emploi figure à la tête des priorités. «Nous avons lancé plusieurs grandes réformes et d'autres suivront. Et pour accompagner cette dynamique, nous avons besoin aujourd'hui plus que jamais de cadres responsables conscients du tournant historique dans lequel se trouve notre pays», indique la tutelle. A ce titre, les universités publiques jouissent d’une indépendance de gestion. Toutefois, demeurent la problématique des établissements à accès ouvert ainsi que la mise en place d’un système efficace de doctorat. Même son de cloche auprès de Khalid Samadi pour qui «la dynamique que connaît l’université de Fès s’inscrit dans le processus de développement lancé par le gouvernement et qui table sur la recherche scientifique, le programme de formation de 200.000 enseignants et les nouvelles facilités offertes aux étudiants sur le plan social et de la santé». A ce titre, l’USMBAF encourage les formations qualifiante et la recherche. Le budget dédié à la recherche et développement est passé de 13 à 23 millions de DH. Faut-il noter que l’université de Fès figure désormais parmi les quatre meilleures universités au Maroc et accueille environ 92.000 étudiants, encadrés par 1.501 enseignants-chercheurs et 767 agents administratifs et techniques. 
Aussi, Redouane Mrabet a-t-il établi un plan d’action basé sur cinq axes stratégiques. «Je me pencherai sur la gouvernance, le développement des formations existantes, l'amélioration des conditions de vie des étudiants dans les cités universitaires, la transformation de l'USMBA en université de recherche et le renforcement de la numérisation et l'utilisation des nouvelles technologies», confie le nouveau président. Signalons enfin que ce dernier a déjà occupé plusieurs postes de responsabilité, dont ceux de président de l'Université Mohammed V-Souissi et de directeur de l'École nationale supérieure d'informatique et d'analyse des systèmes (ENSIAS).

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc