×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
International

G20 Finances La guerre commerciale hante les esprits

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5320 Le 23/07/2018 | Partager
Le FMI inquiet, les Etats-Unis inflexibles

Pas de trêve dans la guerre commerciale que se livrent les grandes puissances lors du G20 Finances qui s’est déroulé les 21 et 22 juillet 2018 en Argentine. 
Le FMI craint que la situation n’impacte la croissance mondiale. La France, quant à elle,  a appelé Washington à faire machine arrière, mais les Etats-Unis sont inflexibles. Après les taxes douanières sur l’acier et l’aluminium, visant avant tout la Chine, les Etats-Unis menacent de surtaxer les importations automobiles européennes, de sanctionner les pays qui commercent avec l’Iran et ont promis de limiter leurs achats de produits chinois. Samedi dernier, à Buenos Aires, le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a appelé la Chine et l’Union européenne à faire des concessions pour parvenir à une relation commerciale plus équilibrée.

Et ce, après les déclarations de Donald Trump qui a traité «d’ennemis commerciaux» Pékin, Bruxelles et Moscou. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, se rendra mercredi 25 juillet à Washington pour des pourparlers, mais pas question pour les pays européens d’accepter le diktat commercial des Etats-Unis. «Nous refusons de négocier avec un pistolet sur la tempe.

C’est aux Etats-Unis de faire un pas pour enclencher une désescalade, et arranger la situation…», a dit fermement le ministre français de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire. La veille, la chancelière allemande Angela Merkel avait assuré que l’UE était prête à riposter à un éventuel relèvement par Washington de ses taxes sur les importations d’automobiles européennes. Quant à la patronne du FMI, Christine Lagarde, elle a estimé que la guerre commerciale qui sévit depuis quelques mois pourrait réduire la croissance mondiale de 0,5 point. Face à la Chine, les Etats-Unis accusent un déficit commercial de 376 milliards de dollars en 2017 et comptent le réduire. L’administration Trump a menacé d’imposer des taxes punitives sur la totalité des importations chinoises, qui représentaient 500 milliards de dollars en 2017. Pékin accuse Washington de vouloir déclencher la pire guerre commerciale de l’histoire économique et a réagi en imposant de nouvelles taxes sur des produits américains. 

Le débat élargi

Le communiqué final du G20 Finances diffusé dimanche 22 juillet après la clôture des débats devrait acter le risque pour la croissance mondiale des tensions commerciales, l’engagement à travailler sur la taxation du commerce numérique et l’encadrement des crypto-actifs. Et ce, afin d’éviter le blanchiment, la fraude et leur prise en main par des organisations terroristes.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc