×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Régions

TangerMed: La liaison avec Malaga peine à démarrer

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5320 Le 23/07/2018 | Partager
Les autorités espagnoles trop rigides
Le port espagnol confronté au manque des ressources humaines
tanger-med-malaga.jpg

 La connexion maritime du port de Malaga avec TangerMed devra attendre encore un peu (Ph. WM)

La nouvelle liaison maritime entre les ports de TangerMed et Malaga n’est pas prête à entrer en service. La connexion, annoncée il y a quelques mois, est exploitée par Maritima Alboran, la compagnie créée par Balearia et Maritima Peregar. Elle permettra, du moins sur le papier, de connecter le sud de l’Espagne, ses sites touristiques et industriels au Maroc en évitant le goulot d’étranglement qu’est le détroit de Gibraltar. Mais c’était sans compter sur la rigidité administrative des autorités espagnoles qui risquent de reporter l’exploitation effective de la ligne aux calendes grecques. 

Le premier ferry à avoir été aligné sur la connexion, le Denia Ciudad Creativa, qui peut transporter passagers, voitures et camions, a effectué un premier voyage à vide la semaine dernière et pour cause, les autorités du port de Malaga n’ont pas pu mobiliser d’équipes spéciales de police des frontières pour l’estampillage des passeports, selon des sources portuaires. Le manque d’effectifs est encore plus compliqué par l’horaire contraignant de départ de ce ferry en week-end. 
A l’heure de mettre sous presse, il n’y aurait pas encore de connexion prévue pour ce week-end, et le bateau a été réaffecté à la ligne Melilia-Almeria exploitée par la même compagnie. 

Si la connexion réussit enfin à se mettre en place, elle permettra une réelle amélioration des conditions de traversée du détroit en permettant des économies en temps et pollution similaires à celles offertes par la ligne connectant TangerMed à Motril. Mais son intérêt est moindre pour les touristes à destination ou au départ de Malaga pour qui les 4 à 5 heures de bateau pourraient être un réel handicap en cas de mer agitée. En tout cas, le manque de personnel rappelle un autre incident qui date de quelques mois et qui concernait les retards dans le contrôle à l’importation au poste frontalier d’Algésiras (cf. notre édition n°5282 du 29 mai 2018). Le manque de personnel avait fait exploser les délais d’attente au port d’Algésiras pour atteindre les 30 heures. Des retards qui ont impacté même le port TangerMed. Depuis les choses se sont légèrement améliorées mais la peur d’un retournement de situation pèse telle une épée de Damoclès sur la fluidité des échanges commerciaux au détroit de Gibraltar.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc