×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 172.689 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 216.351 articles (chiffres relevés le 2/6 sur google analytics)
Entreprises

Un millier d’unités de trituration potentiel

Par Nadia DREF | Edition N°:5320 Le 23/07/2018 | Partager
jaoud-malki.jpg

Jaouad Malki, conseiller partner et associé fondateur de la société américaine Ventures United qui est actionnaire dans la société marocaine Symbionova Solutions (Ph. Symbionova Solutions)

- L’Economiste: Pour Symbionova Solutions, quel est le potentiel du marché marocain?
- Jaouad Malki:
Le marché marocain présente un potentiel très important. Ce qui a motivé notre décision de création d’une plateforme au Maroc avec le soutien de nos partenaires stratégiques internationaux. Ceux-ci voient dans le Maroc la porte d’entrée par excellence pour les marchés africains et une base de soutien des activités à venir dans la région méditerranéenne. 

- Concrètement qu’apportera la solution OliveCept aux producteurs?
- La filière de l’huile d’olive pourra bénéficier d’avantages incomparables en adoptant  la technologie OliveCept. Le potentiel du marché marocain est actuellement estimé à un millier d’unités de trituration semi-modernes et modernes produisant dans l’ensemble un peu plus de 120.000 tonnes par an. Leur équipement avec cette technologie leur offrirait un rendement additionnel d’au moins 5 % par an. Soit une hausse de la production d’au moins 6.000 tonnes supplémentaires par an à partir du même volume d’olives déjà utilisé. Ce potentiel peut s’accroître avec le temps, si les quelque 11.000 autres unités traditionnelles ou «maâsras», dont les performances sont très limitées, sont au fur et à mesure modernisées. Et ce, sans oublier l’augmentation du nombre et de la taille des vergers et, donc, du volume d’olives destinées à la production de l’huile d’olive.

- Quel bilan faites-vous depuis l’introduction de cette technologie?
- La commercialisation étant très récente, nos premières discussions avec des opérateurs de premier plan ont révélé un intérêt particulier. Cette technologie offre à la fois une amélioration notable au niveau du rendement comme de la qualité de l’huile en acides phénoliques. Il faut savoir que les marchés les plus porteurs à l’exportation exigent une qualité satisfaisante et stable de l’huile d’olive. Par ailleurs, les premières simulations financières que nous avons effectuées pour les opérateurs marocains apparaissent très avantageuses. Le retour sur investissement d’une machine OliveCept se situe entre une demi-saison à deux saisons de trituration selon le volume de la production d’huile d’olive et du prix de vente de celle-ci.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc