International

La CPI cherche un nouveau souffle

Par L'Economiste | Edition N°:5317 Le 18/07/2018 | Partager

La Cour pénale internationale (CPI) a exhorté, mardi 17 juillet 2018, les nations à monter au créneau dans la poursuite des responsables de crimes de guerre et crimes contre l'humanité. Son image a été abîmée par l'acquittement le mois dernier d'un ancien chef de guerre congolais. «Deux décennies après la ratification du Statut de Rome, traité fondateur de la CPI, le navire de la justice internationale se trouve en eaux troubles», a indiqué le procureur de la Cour, Fatou Bensouda, tout en appelant à «imposer la culture de la responsabilité face aux crimes les plus atroces». «La modification rapide du climat politique, la diminution des ressources et de la coopération avec les Etats, ainsi que des exigences de plus en plus importantes de la Cour créent des vagues dans la lutte contre l'impunité», a ajouté Bensouda lors d'une cérémonie organisée en l'honneur du vingtième anniversaire de la ratification du traité. Depuis sa création en 2002, la CPI n'a condamné que trois personnes, toutes d'origine sub-saharienne (deux chefs de milices congolaises et un islamiste malien). La Cour, qui compte désormais 123 Etats membres, a été critiquée par certains pays qui prétendent qu'elle cible injustement les nations africaines.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc