×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Benatiq mise sur la mobilisation des compétences

    Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5314 Le 13/07/2018 | Partager
    Un programme basé sur le réseautage et les partenariats sur des projets concrets
    La «Région 13» pour booster l’implantation des investisseurs MRE au Maroc
    Une cellule pour le traitement des requêtes des MRE
    benatiq_mre.jpg
    Pour déboucher sur du concret, Abdelkrim Benatiq multiplie les initiatives avec les compétences marocaines du monde comme pour le projet basé sur le principe de géolocalisation pour faciliter la recherche d’emploi (Ph. Bziouat)

    - L’Economiste: Vous avez beaucoup parlé de mobilisation des compétences marocaines à l’étranger. Comment comptez-vous procéder?
    - Abdelkrim Benatiq
    : Le Maroc a affiché une forte volonté pour mobiliser ses compétences de l’étranger en les considérant comme acteurs du développement économique et social et levier d’encouragement de l’investissement et du transfert d’expertises et du savoir-faire. Nous avons mis en place une politique intégrée en faveur des Marocains du monde visant la protection de leurs droits, la consolidation des liens culturels avec le Royaume et la mobilisation des compétences pour contribuer aux différents chantiers de développement initiés par SM le Roi. Le ministère et la CGEM ont lancé en juillet 2017 la  «Région 13», dédiée aux entrepreneurs marocains du monde. Il s’agit d’une plateforme qui a pour objectif de créer un espace d’échanges entre ces Marocains et ceux du Maroc et d’inciter les investisseurs MRE à s’implanter et à opérer sur le marché marocain. Le but est de faciliter le développement des échanges économiques marocains sur les marchés étrangers.
    Aussi, plusieurs réseaux de compétences ont vu le jour, qu’ils soient géographiques comme pour l’Allemagne, les Etats-Unis, le Canada, la France ou thématiques à l’instar des avocats, des médecins ou des experts aéronautiques marocains du monde. Notre programme est de mobiliser les compétences sur la base du réseautage et de la mise en relation entre nos compétences à l’étranger et les différents partenaires au Maroc, sur des projets concrets.
    - Quelle est votre évaluation de «la Région 13»?
    - Le bilan est positif, car dans le cadre de sa mise en œuvre, 4 forums ont été organisés au Maroc avec une population cible de plus de 400 investisseurs potentiels. Il s’agit notamment de  forums organisés avec les compétences marocaines d’Allemagne, de France, des  Etats-Unis et des Emirats arabes unis. A titre d’exemple, un réseau d’experts aéronautiques marocains du Canada planche actuellement avec notre ministère sur la mise en place d’un partenariat avec Aéro Montréal qui sera lancé en octobre prochain. Et pour faire suite au dernier atelier thématique des experts marocains de France qui a eu lieu les 4 et 5 juillet derniers, plusieurs projets vont être soutenus et notamment celui basé sur le principe de géolocalisation pour faciliter la recherche d’emploi.

    - Des MRE sont régulièrement victimes de spoliation de leurs biens immobiliers et fonciers. Comment traitez-vous ce dossier?
    - L’assistance et l’appui des Marocains du monde dans leurs demandes administratives et procédures juridiques, y compris lors de l’acquisition d’un bien immobilier, sont en tête des priorités de la stratégie du ministère. Ainsi, tout membre de la communauté marocaine qui s’estime lésé en raison de la non-conformité du produit immobilier acquis à la promesse de vente conclue, est en mesure de déposer sa réclamation auprès de la cellule du traitement des requêtes, logée dans notre département, qui l’étudie en collaboration avec les acteurs concernés.

    - Ce n’est pas cela qui va régler leurs problèmes?
    - Attention, le ministère délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la migration est membre permanent du comité mixte chargé du suivi des dossiers de spoliation des biens immobiliers et fonciers, mis en place suite à une instruction royale. Présidé par le ministère de la Justice, il est composé de représentants du département des Affaires étrangères, de la Conservation foncière et du parquet général. Il a pour principale mission, la réception et l’étude des requêtes émises dans ce cadre, en concertation avec les institutions judiciaires compétentes. Il se réunit à la demande du ministère de la Justice. En plus, nous avons signé une convention de partenariat avec la Conservation foncière, qui  a abouti à la mise en ligne de l’application mobile «Mohafadati». Celle-ci permet à ses utilisateurs, moyennant un code d’accès, d’être informés en temps réel, de toute opération inscrite sur leurs titres de propriété. Ce service numérique gratuit permet aux usagers de suivre à distance la situation et les formalités opérées sur leurs biens et titres fonciers, à travers un sms ou mail, qu’ils reçoivent systématiquement une fois le traitement d’une demande introduite en ligne est effectué sur le portail de l’Agence.

    - Quid de l’apprentissage de la langue arabe pour les enfants des MRE?
    - La dimension linguistique occupe une place de choix dans la planification stratégique du ministère. L’idée est de promouvoir l’enseignement de la langue arabe et de la culture marocaine, dans les différents pays de résidence de la communauté. L’objectif est de renforcer l’identité marocaine des nouvelles générations et garantir leur attachement au pays d’origine, le Maroc. Cela s’opère via l’enseignement intégré de la langue arabe et de la culture marocaine à l’étranger structuré et réglementé par les conventions cadres de partenariat avec la France, la Belgique et l’Espagne. Mais, à mon avis, une réflexion s’impose, de concert avec les pays d’accueil, afin d’introduire l’enseignement de la langue arabe au profit des enfants d’origine marocaine dans le programme officiel de l’enseignement primaire et secondaire, à l’instar de ce qui se fait en France, avec les langues étrangères comme l’italien, le portugais et l’espagnol, et ce depuis les premières générations d’immigration. Ceci permettra à nos jeunes, dans ces pays, d’apprendre convenablement la langue arabe et consolider les liens culturels avec la mère patrie. 

    Offre culturelle

    Les centres culturels représentent un pilier du rayonnement du Maroc dans les pays d’accueil. A l’heure actuelle, le choix est focalisé sur trois pays pour accueillir trois centres culturels «Dar Al Maghreb». Il s’agit du Canada, avec un centre à Montréal, opérationnel depuis 2016. Ensuite, les Pays-Bas avec un centre à Amsterdam, qui devrait démarrer incessamment. Enfin, la France, avec le projet du nouveau centre culturel marocain à Paris qui a été présenté au Roi en février 2016. La nouvelle maison des cultures maroco-flamande «Darna» a été inaugurée à Bruxelles. Le but est de promouvoir et renforcer la diversité culturelle entre la communauté flamande et marocaine installée en Belgique. A cela s’ajoute le partenariat conclu entre le ministère et la Fondation des trois cultures de la Méditerranée à Séville.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc