Entreprises

Stroc Industries: 4 mois pour préparer un plan de sauvegarde

Par Faiçal FAQUIHI | Edition N°:5314 Le 13/07/2018 | Partager
Il sera validé par le tribunal d’ici novembre 2018
Lister les dettes certaines et désactiver les saisies «abusives»
nabil-ziatt.jpg

Nabil Ziatt est un manager soulagé. La société qu’il dirige, Stroc Industries, vient d’obtenir un plan de sauvegarde pour sortir de ses difficultés. Deux autres options beaucoup moins favorables étaient envisageables: le redressement judiciaire ou la liquidation. Ces dernières ont été finalement écartées par le tribunal de commerce de Casablanca.

Bingo pour Stroc industries. Le tribunal de commerce de Casablanca vient de lui accorder la mise en place d’un plan de sauvegarde. Stroc Industries devient ainsi la première société cotée en Bourse à bénéficier de cette mesure importée de la législation française. Elle a été introduite par la réforme du code de commerce entrée en vigueur le 20 avril 2018 (Edition n°5288 du 6 juin 2018). 

Mohamed Toukani a été désigné comme syndic judiciaire. «Son rôle est de veiller à ce que le management respecte les engagements édictés par le plan de sauvegarde», précise le conseil de l’entreprise en difficulté, Me Hamid Adssaoui. Un autre acteur entre dans la mise en marche de cette procédure. Il s’agit du juge commissaire Mehdi Salem. Il va assurer le rôle du maestro pour qu’aucune fausse note ne vienne perturber ce sauvetage.  Avant d’en arriver là, «plus d’une centaine de pièces, notamment financières, ont été fournies au tribunal. La justice a écarté la demande du parquet consistant à opter pour le redressement judiciaire», rapporte l’avocat de Stroc Industrie. La partie adverse, représentée par Me Youssef Chehbi, a vu également sa demande rejetée.

Elle a réclamée au nom de son client, Taoufik El Ouadi, la liquidation pure et simple de Stroc industries. C’est cet ingénieur en BTP qui a initialement enclenché la procédure pour salaires impayés depuis octobre 2017.   La décision, rendue jeudi 12 juillet, intervient après une expertise judiciaire décisive. En effet, elle n’a pas explicitement confirmé la cessation de paiement (voir notre édition n°5304  du 29 juin 2018). Elle a en revanche relevé les «sérieuses difficultés financières» que vit la société fondée par Nabil Ziatt. Difficultés qui «sont surmontables» si l’entreprise dispose d’assez de temps pour payer ses créanciers, propose l’expert-comptable Mohamed Sefrioui. Le tribunal a finalement suivi cet avis en optant pour un plan de sauvegarde. Le PDG Nabil Ziatt garde ainsi la main dans la gestion de sa société. Si l’expertise avait conclu à la cessation de paiement, c’est plutôt le redressement judiciaire ou la liquidation qui devaient s’imposer. Dans ce cas-là, le syndic remplace le management par la force de loi. Scénario qui n’a donc pas droit de cité dans le cas de Stroc Industries.   

stroc-industrie.jpg

Malgré ses difficultés, Stroc industries se veut rassurante. L’entreprise spécialisée en ouvrage et construction industriels «dispose d’un carnet de commandes confortable». Pour cette année, le management avance le chiffre de 400 millions de DH 

Quelle sera l’étape suivante maintenant que le plan de sauvegarde lui a été accordé? 
«Il va falloir d’abord définir le montant exact des dettes. Procéder ensuite à la levée des saisies abusives et que nous engagerons en temps opportun», nous annonce l’avocat de Stroc industries. L’entreprise a fait l’objet d’une vingtaine de saisies conservatoires engagées devant le tribunal de Berrechid. Elles ne sont pas forcément toutes illégitimes. Mais le management et son conseil juridique devront faire le tri. 
La démarche la plus importante est l’élaboration d’un plan de sauvegarde définitif. «Nous disposons de 4 mois pour le remettre au tribunal de commerce (soit novembre 2018). Cette feuille de route va notamment fixer un échéancier pour les mesures devant faire sortir la société de sa crise», selon notre source judiciaire. 
Le plan de sauvegarde proposé sera validé par la justice ou rectifié. Le tout en collaboration avec le syndic judiciaire

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc