Société

Design: Des sachets de biscuits en tabouret!

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5313 Le 12/07/2018 | Partager
La 1re entreprise sociale au Maroc lance la marque Koun
De beaux objets en plastique «up-cyclé»
tabouret_recucle.jpg
Les produits de la marque Koun, au design ethnique chic, sont proposés à la vente dans plusieurs magasins. Ce qui permet à l’entreprise sociale de  poursuivre ses projets de réinsertion (Ph. Koun)

Et si nous transformions les montagnes de déchets, que la société de surconsommation produit chaque année, en objets d’art ou en objets utilitaires? La problématique n’est pas nouvelle et beaucoup d’artistes se sont penchés sur la question. Mais il y a une initiative qui a décidé d’allier les deux en y ajoutant une bonne dose d’économie circulaire, d’écologie, de développement durable et d’insertion professionnelle.  En misant sur le concept de l’«upcycling», cet art de transformer des objets et matériaux destinés à être jetés en objets de valeur supérieure, destinés à un autre usage, la jeune marque marocaine «Koun» soutient  des jeunes et des femmes éloignés de l’emploi, pour leur proposer un parcours d’insertion socio-professionnelle unique et durable. «Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme», c’est la règle d’or de la marque créée par Ressourc’In, une entreprise sociale marocaine d’insertion initiée par  l’association marocaine Al Ikram-Fondation Valyans, reconnue d’utilité publique, travaillant pour la réinsertion sociale, scolaire et professionnelle des plus démunis à Casablanca. L’entreprise collecte ses matières premières chez des entreprises, des écoles, des associations, avant de les trier dans les locaux de l’entreprise Ressourc’In.

tab_ouret_sachet_biscuit.jpg
«Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme», tissage et mode, mobilier et papeterie, 3 ateliers de la marque fonctionnent à plein régime en transformant les déchets en objets de valeur (Ph. Abo)

Les matériaux qui ne peuvent être transformés en interne sont vendus à des professionnels du recyclage. Les bénéfices générés sont réinvestis dans l’entreprise sociale. Les 3 ateliers de la marque (mobilier, tissage et mode et enfin papeterie) viennent ensuite puiser dans ces précieux déchets pour confectionner leurs produits. Les ateliers sont équipés de différentes machines permettant de  transformer les matières: broyeuses, extrudeuses, fours à compression… «Les machines sont bien sûr indispensables, mais c’est surtout le savoir-faire technique des hommes et des femmes qui travaillent qui permet d’avoir des produits aussi beaux», précise Mehdi Khessouane, le designer chargé du volet créatif du projet. En effet, sous la supervision de l’artiste,  canettes de soda, journaux, bouteilles, bidons, bouchons, sacs en plastique… se transforment comme par magie en objets design. Votre emballage de biscuit se métamorphose ainsi en tabouret, les bidons de lessive deviennent des luminaires design, les paquets de chips et sacs en plastique se métamorphosent en sac à main, en coussin cosy ou en pochette ethnique-chic, le papier usagé retrouve un second souffle à travers toute une collection de papeterie écologique. La marque donne régulièrement naissance à des collections capsules, stylées en pièces uniques, dans une démarche à la fois éthique et esthétique. 

crea_mehdi_khessouane.jpg
Sous la supervision de l’artiste designer Mehdi Khessouane: journaux, bouteilles, bidons, bouchons, sacs en plastique… se transforment comme par magie en objets design (Ph. Abo)

Aujourd’hui, ce sont une trentaine de jeunes et de femmes qui ont intégré le programme Ressourc’In et qui sont formés aux techniques de transformation et de valorisation des déchets. Ils sont non seulement impliqués dans le processus de collecte, de tri et de production, mais également dans le processus de création qui intervient en amont. La formation proposée à ces jeunes ne se résume pas à l’apprentissage. Pour que l’insertion soit durable, l’équipe a décidé de concocter une sorte de pack: renforcement des “life skills” comme la confiance en soi ou l’esprit d’entrepreneuriat, accompagnement social et psychologique individuel. Ce qui explique le nom de la marque Koun, «Soit»  qui redonne une chance à des personnes cantonnées à la case «échec» d’être tout simplement en se construisant une carrière, premier pas vers une indépendance financière et une réinsertion sociale.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc