Dossiers

Découverte: Escapade estivale sur le rocher de Gibraltar-De notre envoyé spécial, Amine Boushaba

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5312 Le 11/07/2018 | Partager
Une cité méconnue, mais non dépourvue de charme
Une place touristique et financière
Un melting-pot de population des plus intéressants
gibraltar_1.jpg
La ville historique offre un mélange de styles architecturaux et d’époques qui reflète le brassage culturel et religieux de la cité (Ph. Abo)

En accostant sur le port de Gibraltar, le voyageur marocain ne peut s’empêcher d’avoir une pensée émue pour un certain Tarik Ibnou Zyad, accompagné de ses farouches guerriers, débarquant sur ces rives escarpées et ne se doutant probablement pas qu’ils allaient bâtir l’une des plus belles civilisations de l’histoire de l’humanité. De loin, le monolithe de calcaire culminant à 426 m qui s’incline d’une manière quasi-verticale jusqu’à la mer impressionne telle une météorite géante dominant les flots. Très vite le voyageur découvre, au pied du rocher de cette enclave britannique, sur la côte méridionale de la péninsule Ibérique, une ville qui fourmille. Etalée sur 7 km2, contenant quelque 35.854 habitants, c’est l’un des territoires les plus densément

gibraltar_2.jpg
 

peuplés au monde: 4.290 habitants/km2.  Une population extrêmement cosmopolite où plusieurs communautés cohabitent dans cet esprit de «convivencia», hérité de l’époque andalouse. Anglais, Espagnols, Marocains, Indiens, Italiens, Maltais… y constituent  un melting-pote, où les religions, catholique, anglicane, musulmane, juive, indienne… coexistent  dans un ensemble harmonieux. Dans la vie quotidienne, les Gibraltariens s’expriment en spanglish, un idiome appelé localement le Yanito. Il s’agit d’une langue issue d’un mixte de  l’espagnol andalou et de l’anglais pimentée d’italien et d’arabe. L’anglais étant réservé pour l’école ou les échanges formels, mais toutes les langues des différentes communautés ont cours sur ce territoire et il n’est pas rare d’entendre une personne utiliser l’anglais, l’espagnol et l’arabe dans une même phrase. 
Avec un taux de croissance flirtant avec les 10%, la cité connaît une économie fleurissante, grâce notamment à un système «taxes friendly». Les activités militaires qui ont traditionnellement dominé l’économie de Gibraltar, ainsi que les chantiers de construction et de maintenance navale ont vu leurs parts dans l’économie locale diminuer, de 60 à 7%. C’est désormais sur les services, particulièrement le tourisme et la finance, que mise l’enclave britannique, considérée par ses voisins comme un paradis fiscal. Grâce à son taux d’imposition sur les sociétés très faible et à son appartenance à l’Union européenne, un certain nombre de banques britanniques et internationales sont installées ou ont des filiales à Gibraltar, devenu un centre de finances international. La majorité des opérateurs de  jeux en ligne ont également élu domicile dans la cité. «Nous n’avons pas encore le système bancaire de Genève, ni la famille princière de Monaco, mais nous avons le soleil toute l’année, ce qui n’est pas négligeable», note avec un brin d’humour Yan Delgado, entrepreneur marocain installé à Gibraltar depuis presque 2 décennies. Parallèlement à ses activités

gibraltar_3.jpg
Que serait Gibraltar sans ses macaques? Protégés par un décret du gouverneur, ils sont l’emblème du territoire. Ils vivent en liberté, ils sont en état semi-sauvage. C’est pour cette raison qu’il est strictement interdit de les nourrir sous peine de forte amende. Une légende raconte que s’ils venaient à disparaître, le royaume britannique perdrait Gibraltar (Ph. Abo)
gibraltar_96.jpg
 

professionnelles, ce natif de Casablanca organise, chaque année, l’un des principaux festivals de la ville (Gibraltar World Music festival) et ne rate jamais une occasion pour faire la promotion de son pays d’origine. «Il y a ici des opportunités

gibraltar_5.jpg
Gibraltar possède encore de nombreuses traces de l’époque  musulmane au 8e  siècle, comme les vestiges visibles de l’ancienne mosquée sur lesquels a été construite la cathédrale catholique Sainte-Marie, ou encore le château maure qui affiche un style arabo-musulman et abrite les bains maures les mieux conservés d’Europe (Ph. Abo)
gibraltar_4.jpg
Le sommet du rocher est une réserve naturelle  qui couvre environ 40% du territoire. Le site offre un panorama unique au monde  propice à de très belles randonnées pédestres, mais les moins vaillants pourront utiliser un téléphérique (Ph. Abo)

incroyables d’échange avec le Maroc, et nous n’en profitons pas assez», déplore-t-il.  Cette euphorie économique est néanmoins perturbée par les négociations sur le Brexit, et la menace sur  le secteur financier local, (96% des habitants de Gibraltar ont voté en faveur du maintien au sein de l’Union européenne lors du référendum du 23 juin 2016, à l’inverse de la majorité du Royaume-Uni). Côté tourisme, le rocher de Gibraltar est une escale privilégiée pour les bateaux de croisière.

«Nous n’avons pas encore 

le système bancaire de Genève, ni la famille princière

de Monaco, mais nous avons le soleil toute l’année

ce qui n’est pas négligeable»

 Une attraction appréciée, en particulier parmi les résidents britanniques et les touristes passant par la côte méridionale de l’Espagne.  Entre 10 à 11 millions de personnes visitent chaque année le territoire, même si seuls 100.000 d’entre eux sont comptés comme touristes (dont la définition officielle demande qu’ils restent au moins une nuit sur place).  Il est vrai que  peu de personnes pensent à Gibraltar comme un lieu  de vacances, mais la destination vaut bien un détour, le temps d’un long week-end ou comme escapade lors d’un séjour en Espagne. Accessible avec un visa schengen, le territoire offre plusieurs attractions intéressantes dont en voici quelques unes:
- L’Upper Rock: ou le sommet du rocher, c’est une réserve naturelle  qui couvre environ 40% du territoire, lieu d’habitat des macaques, emblème de la cité. On y dénombre également pas moins de 270 espèces d’oiseaux Le paysage est à couper le souffle et offre un panorama unique au monde avec à l’horizon Jbel Moussa  sur la côte marocaine. Les deux monts constituent, selon la légende grecque, les deux colonnes d’Hercule. Le site offre également de très belles randonnées pédestres, mais les moins vaillants pourront utiliser un téléphérique. 
- St Micheal’s cave: ou la grotte Saint Michel. Au milieu de la réserve, la grotte est absolument à visiter. A 300 m au-dessus du niveau de la mer, on peut y admirer des stalagmites géantes de couleur blanche, imputable pour certains scientifiques à la période glaciaire. Avec une acoustique exceptionnelle, la grotte est également utilisée comme auditorium pour des concerts et des ballets. 
- The great siege tunnels: En plus de ses dizaines de grottes, la presqu’île offre également à voir un réseau de tunnels, creusés à l’intérieur du rocher, pour la plupart au 18e siècle,  destinés à usage militaire. Le plus impressionnant étant le labyrinthe des Upper Galleries, long de plus de 50 km et qui a joué un rôle déterminant lors des deux Guerres mondiales.
- La Almeda: Fondés en 1816, les jardins botaniques de Gibraltar s’étendant sur une superficie de 8 hectares (un vrai privilège dans un territoire si petit) offrent une très belle promenade ombragée, ponctuée de points d’eau. Le site dispose de

gibraltar_8.jpg
 La ville connaît une dynamique économique sans précédent. En témoigne le nombre de grues qui parsèment la ville, signe d’un boom immobilier, loin de toute spéculation (Ph. Abo)
gibraltar_7.jpg
Marrakech? Tanger? Malgré plusieurs siècles de domination britannique, la culture arabo-andalouse est encore très présente à Gibraltar (Ph. Abo)

plusieurs espèces végétales endémiques, mais également de plantes importées de plusieurs parties du monde. On peut y admirer  les collections d’aloès ainsi que des dragonniers centenaires des plus impressionnants. 
- Main Street: La rue principale de la cité est l’artère commerçante de Gibraltar. Cette rue piétonne traverse la vieille ville, et occupe une situation stratégique (au Sud le Maroc et au Nord l’Espagne). Elle est  bordée de bâtiments présentant un curieux mélange de styles.  On y trouve une grande variété de  boutiques destinés aux touristes. Les produits n’étant pas soumis à des taxes sont à des prix très attractifs.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc