Entreprises

Les sociétés de Bourse remontent doucement la pente

Par Franck FAGNON | Edition N°:5309 Le 06/07/2018 | Partager
Le résultat d’exploitation sectoriel redevient positif
Le chiffre d’affaires a bondi de 26% à 259 millions de DH
Mais, faute d’activité, le risque de mortalité reste pendant
societe_de_bourse_009.jpg

Les profits de 2016 ont été boostés par l’encaissement de dividendes exceptionnels dans le cadre de la démutualisation du capital de la Bourse. Comparé à 2015, le résultat net 2017 a été multiplié par 2,3. Surtout, le résultat d’exploitation sectoriel est passé au vert après l’hécatombe de 2016 où 13 brokers avaient vu rouge

Les sociétés de Bourse ont retrouvé un peu de quiétude. Le résultat d’exploitation cumulé des dix-sept opérateurs est redevenu positif en 2017 pour s’établir à 47 millions de DH après une perte l’année précédente. Treize d’entre eux avaient, pour diverses raisons, clôturé l’exercice 2016 sur une perte d’exploitation.

A fin 2017, ils n’étaient plus que quatre dans le rouge. La hausse de 4,3% des charges d’exploitation a été totalement absorbée par le bon comportement des revenus. Le chiffre d’affaires des brokers a accéléré de 26% à 259 millions de DH. Les commissions d’intermédiation qui représentent 80% des revenus se sont améliorées de 19% à 207 millions de DH. Elles ont profité du dynamisme des échanges sur le marché central en 2017.

Les transactions sur ce compartiment ont augmenté de 22% à 39 milliards de DH. Parallèlement, les sociétés de Bourse continuent de développer leurs autres sources de rentrées d’argent. Les revenus tirés de l’activité de dépositaire ont plus que doublé alors que ceux issus des autres services se sont accrus de 46%.

Au final, les sociétés de Bourse ont dégagé un bénéfice de 52 millions de DH contre 330 millions de DH une année auparavant. Les profits de 2016 avaient été boostés par des éléments exceptionnels (encaissement de dividendes exceptionnels dans le cadre de la démutualisation du capital de la Bourse). Sinon, le résultat net 2017 a été multiplié par 2,3 rapport à 2015.

Malgré une bonne cuvée 2017, les sources de fragilité persistent. L’état de la Bourse demeure une préoccupation tant que les maux qui la minent depuis plusieurs années ne seront pas corrigés. Les autorités du marché ont dévoilé les contours de la réforme. Il reste maintenant à concrétiser les différents chantiers annoncés en espérant que cela attire de nouveaux émetteurs sur la place.

Pour l’heure, la physionomie de la place depuis le début de l’année enlève le sourire aux professionnels de marché. En moyenne, les transactions quotidiennes sur le marché central au premier semestre 2018 ont reculé de 13% par rapport à la même période l’année dernière. Les augmentations de capital et les introductions en Bourse sont rares. Même pour les grandes structures, la situation n’est pas aisée. Elles sont obligées de faire jouer les synergies intra-groupe pour atteindre les objectifs.

Par ailleurs, les sociétés de Bourse sont appelées à renforcer leur situation financière pour répondre aux exigences de l’Autorité des marchés. Or, les choses ne s’améliorent pas beaucoup. Les fonds propres ont baissé de 23% en 2017 à 628 millions de DH.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc