×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Musiques sacrées: Des spectacles à couper le souffle pour la clôture

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5304 Le 29/06/2018 | Partager
Les créations du festival seront reproduites dans le monde
Chants séfarades, l’Afrique soufie et du gospel…au menu
musiques-sacrees-004.jpg

Les liturgies des chants orthodoxes, hébraïques, grégoriens, andalous, jésuites de Bolivie, ont participé toutes, respectivement, d’un même esprit dirigé vers une transcendance universelle, à l’animation de la 24e édition du FFMSM. La soirée arabo-andalouse a connu un franc succès auprès du public fassi  (Ph. YSA)

Le festival de Fès des musiques sacrées du monde (FFMSM) tire sa révérence ce week-end. L’édition s’achèvera, comme elle a démarré, par des créations «100% musiques spirituelles». «Les spectacles-créations sont conçus pour le festival de Fès. Ils se reproduisent un peu partout dans le monde», explique Alain Weber, directeur artistique du FFMSM.

Selon lui, les fresques de cette 24e édition étaient toutes des créations, très recherchées, et avec beaucoup de travail valorisant les «savoirs ancestraux», musicaux et architecturaux, imprégnés de traditions millénaires, de valeurs de tolérance et de spiritualité.

Même son de cloche auprès de Abderrafih Zouitene, président de la Fondation Esprit de Fès, organisatrice de l’événement, pour qui «le festival de cette année a fait le lien entre un héritage artisanal exceptionnel dont la pierre angulaire demeure la spiritualité et des créations contemporaines offrant des perspectives très prometteuses».

Ainsi, la programmation musicale du festival a rassemblé cette année plus d’une vingtaine de pays. De la solidarité mondiale avec Goran Bregovic et ses lettres à Sarajevo, aux tissages musicaux orchestrés par le maître Jordi Savall avec son spectacle «Ibn Battuta, Voyageur de l’Islam», au Gospel de Soweto d’Afrique du Sud, «Au cœur de l’Afrique Soufie» avec l’ensemble Mtendeni Maulid de Zanzibar, de l’ensemble de la Haute Egypte et le chant des khadres soufis du Sénégal, le programme musical de la diaspora séfarade à la synagogue Slat Al Fassyind… «cette édition a perpétué ainsi l’âme de Fès et ce grâce aux ramifications entretenues entre les différentes traditions culturelles creuset de l’Histoire du Maroc mais également artisanales, à l’origine du tissu social qui la compose», renchérit le président du FFMSM.

A Bab Makina, les festivaliers avaient rendez-vous avec des chants, musiques, danses et poésies. Ils n’oublieront certainement pas la soirée andalouse animée, mercredi, par Zainab Afailal, Said Belcadi, Abdelhamid Khizrane, et l’orchestre de Mohamed Briouel.

musiques_sacrees_004.jpg

La musique populaire a été célébrée lors des différents spectacles du festival dans la ville, organisés parallèlement au FFMSM. Cette édition a invité Hajib, Fatemzahra Laaroussi, Mouslim, Younès et Hatim Ammor (Ph. YSA)

Ce style, basé sur deux formes de poésie arabe, le muwashhshah et le zajal, comprend encore onze noubas, chacune d’entre elles étant divisée en cinq mouvements (mîzân) joués sur cinq rythmes de base. Tel un voyage initiatique, cette soirée a donné à Bab Makina un aspect purement arabo-andalou.

D’autres créations, à couper le souffle, sont au programme. A commencer par le groupe «Souffles mystiques» qui devait démontrer, jeudi après-midi, l’extase du jeu subtil des flûtes en bambou bansurî rejoignant la puissance vibratoire des voix terrestres de l’ensemble Diabolus in Musica pour une expérience unique et jubilatoire. Très attendus également, Gerard Edery et Sebastian Wypych pour les chants séfarades du «sacré au profond».

La particularité de ce spectacle se niche dans l’authenticité avec laquelle se chevauchent les musiques, se comparent et empruntent souvent les unes aux autres. En soirée, le public avait rendez-vous avec l’ensemble Mtendeni Maulid de Zanzibar pour sa prestation «Au cœur de l’Afrique soufie».

Forgées par des pèlerins, sages et voyageurs d’antan, les différentes voies mystiques (tariqâ) d’Afrique prolongent un univers confrérique dont les racines remontent à l’Orient. Et ce vendredi, d’autres mots, ceux des trois lettres de Sarajevo, seront une ode proférée par Goran Bregovic à la «Jérusalem des Balkans», à cette ville aux multiples croyances qui a, à la fois, écrit l’histoire et été martyrisée par elle.

C’est aussi un appel à la concorde entre les religions qui l’ont autant bâtie que détruite. Cette parole est portée par le violon: confié à des solistes d’origine serbe, tunisienne et israélienne, il s’empare en trois mouvements des traditions occidentales, orientales et klezmer pour mieux les embrasser.

Le gospel Sud-africain pour la fin

La ferveur spirituelle liée aux vicissitudes historiques animera la soirée du Soweto Gospel Choir, samedi 30 juin, en clôture. Ainsi, cette 24e édition se terminera par la profondeur et la perfection des voix, l’énergie fascinante des danses (notamment le guerrier lancer de jambe zoulou), et le chatoiement des couleurs. Avec le Soweto Gospel Choir, le festival concourt à célébrer une spiritualité joyeuse et enlevée. Signalons enfin que le Soweto Gospel Choir, créé en 2002, a pour parrain l’ancien archevêque Desmond Tutu, Nobel de la paix en 1984. Ce groupe a fait une brillante carrière dans le monde. Il a enregistré six albums (dont deux ont reçu un Grammy Award américain). En Afrique du Sud, certains observateurs parlent de succès rémunérateur pour les producteurs mais pas pour les artistes, qui toucheraient un cachet ridicule.

De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc