×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Tarifs bancaires: La facture s’alourdit

    Par Franck FAGNON | Edition N°:5300 Le 25/06/2018 | Partager
    Les prix ont augmenté de 6% en 2017 selon Bank Al-Maghrib
    La dématérialisation des services devrait réduire le coût de gestion
    tarifs_bancaires_00.jpg

    La poussée des tarifs bancaires ces deux dernières années se justifie surtout par les révisions chez l’un des trois majors. En moyenne, les prix appliqués par les banques ont augmenté de 7,5% contre une inflation à 1,15%. Aujourd’hui, le virage numérique pris par les banques devrait contribuer à une diminution du coût des services

    Les banques ont facturé 6% plus cher leurs services en 2017. L’indice des prix des services bancaires calculé par Bank Al-Maghrib s’est établi à 126,02 points l’année dernière. L’augmentation des tarifs bancaires est un peu salée sur ces deux dernières années puisqu’elle a été de 7,5% en moyenne contre 1,15% pour l’inflation. Les révisions des prix d’un des trois majors depuis trois ans explique cette poussée.

    L’indice est très sensible à toute modification des prix de l’un d’entre eux. L’année dernière, les commissions prélevées sur les packages ont enregistré les plus fortes hausses dans le panier de l’indice. Les packages, les frais de tenue de compte et les cartes bancaires sont pondérés à 82%. Les frais liés à la gestion du compte et ceux perçus sur les moyens de paiement représentent plus de la moitié des revenus de commissions des banques.

    Ces derniers connaissent une croissance robuste ces dernières années. Il y a les performances de la bancassurance et l’effort de recrutement de nouvelles relations et l’amélioration de l’équipement des clients qui expliquent le dynamisme de la marge sur commission.

    Vu la pression sur la marge d’intérêts, il y a peut-être aussi un rattrapage des banques sur la tarification des services. «La performance des commissions tient beaucoup plus à l’optimisation du coût de l’argent et à la bancassurance qu’aux changements de tarifs», nuance un banquier. 

    L’inflation des prix bancaires passe quasiment inaperçue puisque beaucoup de clients ne savent pas combien leur coûte la banque chaque année. Les établissements sont tenus depuis quelques années de fournir à leur client un récapitulatif annuel des frais liés à la gestion de leur compte. Sauf que toutes ne se conforment pas à cette obligation. Le virage numérique pris par les banques pourrait changer beaucoup de choses.

    La dématérialisation de certains services va s’accompagner d’une baisse des prix. «C’est quelque chose que les banques ont intégré dans leur manière de tarifer», relève un banquier. Pour une même opération, le différentiel de prix selon qu’elle est réalisée en agence ou via le mobile peut atteindre 20% dans certains cas.

    Par ailleurs, le développement des services en ligne et l’instantanéité des transactions pourraient faire sauter le système des dates de valeur qui désavantage aujourd’hui le client. «Les dates de valeur n’auront plus de sens lorsqu’on aura moins de cash en circulation avec le développement des solutions de paiement mobile notamment», analyse un dirigeant d’une banque.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc