Régions

Agadir aura sa Cité des Mers

Par Fatiha NAKHLI | Edition N°:5297 Le 20/06/2018 | Partager
Un pôle touristique, culturel, éducatif et scientifique pour relancer la destination
Ce concept qui existe déjà dans le monde nécessitera un budget de 50 millions d’euros
5 ha identifiés à Anza, pour le futur hub des sciences de la mer

Pour attirer plus de visiteurs, la ville d’Agadir a besoin de se démarquer des autres destinations qui commercialisent les mêmes atouts. A savoir, le beau temps, des kilomètres de sable fin et la mer à perte de vue. La formule n’accroche plus tellement, c’est pourquoi, pour sortir du lot et combler son déficit d’attractivité, la station balnéaire doit diversifier son offre en proposant un créneau spécifique à la région.

A la demande du Collectif régional pour le développement économique et social dans le Souss Massa, un Groupe d’experts franco-marocains s’est penché sur la question et a pu aboutir à un projet en réponse à ces préoccupations, la Cité des Mers d’Agadir.  Il s’agit d’un concept novateur pour le Maroc, à implanter dans un territoire déjà tourné vers la mer, Agadir en l’occurrence.

Ce futur pôle d’attractivité touristique, culturel, éducatif et scientifique favorisera une nouvelle activité économique en attirant un maximum de visiteurs qu’ils soient touristes ou professionnels, enfants, jeunes, ou adultes. Et ce, en leur présentant des scénographies d’exception et des attractions innovantes.

«Le projet doit susciter l’envie, puis la joie d’avoir découvert des phénomènes naturels, vu des espèces marines fantastiques à travers les aquariums», explique Dr. Mohamed Bouayad, président d’Agadir Haliopôle Cluster  et l’un des concepteurs du projet. «Les visiteurs doivent repartir en ayant appris des «tas de choses», rencontré des gens d’exception comme les chercheurs, experts et animateurs… ce sera un lieu de plaisir et de partage des connaissances», a-t-il ajouté.

Outre son rôle à caractère touristique et éducatif, la Cité des Mers d’Agadir permettra de favoriser les échanges culturels et pédagogiques à travers des expositions, des ateliers, des séminaires, des conférences, des projets de recherche scientifique… Elle sera porteuse d’une nouvelle image qui servira de vecteur de communication au pays et à la région.

Les installations du projet permettront d’accueillir des évènements au profit des instances publiques et des organisations privées dans un cadre exceptionnel, original et unique. L’enveloppe budgétaire estimée pour ce projet de grande envergure est de 50 millions d’euros.

Pour l’heure, le site qui a été retenu pour l’accueillir est un terrain d’une superficie de 5 ha sis à Anza en bordure de mer. Cet espace permettra une forte collaboration avec l’INRH, l’Université Ibn Zohr d’Agadir, les écoles de formation supérieure et professionnelle, les lycées et collèges, le pôle de compétitivité halieutique, les départements ministériels, les autorités, les élus locaux de la région et partenaires étrangers.

Il faut préciser que dans son concept global scientifique, éducatif et ludique de «cité des mers», un tel produit existe dans le monde depuis plusieurs dizaines d’années (Ex. Oceanopolis à Brest, Nausicaa à Boulogne sur Mer, Valence, Barcelone, Lisbonne, Gênes… est-il indiqué. Il répond même à un certain effet de mode mais n’existe pas au Maroc, mis à part le projet d’aquarium en cours de construction à Al Hoceïma.

En Afrique du Sud, il y a l’aquarium des deux océans à Cape Town. Selon Docteur Bouayad, il s’agit de faire construire la plus grande cité des mers d’Afrique  et ce en harmonie avec la vision qui consiste à faire de la Région Souss Massa le «hub» de l’Afrique en matière d’économie et des sciences de la mer.

En quoi consiste le projet

agadir-097.jpg

L’élément central du projet sera le grand aquarium où le public pourra voir de très près les principales espèces marines. Dans l’espace muséographique, une partie sera dédiée à la mémoire d’Agadir, au port de pêche et de commerce, de même qu’à l’industrie des produits de la pêche. D’autres espaces seront réservés aux expositions et aux thématiques de l’environnement marin, à la protection des océans et au développement de l’économie verte. Des aires seront également dédiées à l’innovation et à l’entrepreneuriat et permettront d’accueillir les startups tournées vers le domaine de l’économie maritime. Restaurants et centre commercial sont aussi prévus sur le site.

Une équipe d’experts

A l’origine du projet «Cité des Mers d’Agadir», une équipe franco-marocaine animée par l’expérience des centres de la mer et la passion pour les océans. Elle est composée de Jacques Rougerie, architecte océanographe et académicien spécialiste de la conception de centres de la mer, Eric Hussenot, biologiste, et DG du centre de la mer Oceanopolis à Brest et Régis Toussaint, ingénieur, président de Cofrepeche Maroc. La partie marocaine est composée de Mohamed Bouayad, spécialiste en stratégie de développement, président de Fipromer, SG de l’Association Halieutis et président de AHP, Dr Abdellatif Orbi, président de l’Association marocaine de l’aquaculture. Et aussi, de Mohammed Ichibane, ingénieur agronome, délégué de Cofrepeche Maroc.

De notre correspondante permanente, Fatiha NAKHLI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc